Ouvrir le menu principal

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

Du latin corrumpere (« briser totalement »).

Verbe Modifier

corrompre \kɔ.ʁɔ̃pʁ\ transitif 3e groupe (voir la conjugaison)

  1. Gâter, altérer, changer en mal.
    • Il allait quelquefois chez Zadig, et se mettait à table sans être prié : il y corrompait toute la joie de la société, comme on dit que les harpies infectent les viandes qu'elles touchent. — (Voltaire, Zadig ou la Destinée, IV. L'envieux, 1748)
    • Le bonheur de t'avoir est toujours corrompu par la perspective de te perdre. — (San Antonio, Réflexions définitives sur l'au-delà, S-A 9 , Fleuve noir, 2000)
    • La viande se corrompt par les grandes chaleurs.
    • La langue latine commença à se corrompre peu de temps après Auguste.
  2. Séduire, débaucher.
    • Il fut tué par un des siens dont il avait voulu corrompre la femme.
    • Socrate fut accusé de corrompre la jeunesse.
  3. (Par extension) Engager quelqu'un par des dons, des promesses, ou par d'autres moyens, à faire quelque chose contre son devoir, sa conscience, contre l'honneur, etc.
    • La justice est faussée, et ceux qui élèvent la voix au nom du peuple, on les corrompt ou on les supprime, et ceux qui le servent le volent. (Chevalier Léopold de Sacher-Masoch; Le Legs de Caïn (Contes Galiciens), traduction anonyme de 1874).
  4. (Technique) Plier, rompre à force de plier.
    • Corrompre un métal, un cuir.

SynonymesModifier

Apparentés étymologiquesModifier

TraductionsModifier

PrononciationModifier

RéférencesModifier

Ancien occitanModifier

 

ÉtymologieModifier

Du latin corrumpere.

Verbe Modifier

corrompre

  1. Corrompre, souiller.

VariantesModifier

RéférencesModifier

  • François RaynouardLexique roman ou Dictionnaire de la langue des troubadours, comparée avec les autres langues de l’Europe latine, 1838–1844

CatalanModifier

ÉtymologieModifier

Du latin corrumpere (« briser totalement »).

Verbe Modifier

corrompre [Prononciation ?] transitif ou pronominal

  1. Corrompre.