Ouvrir le menu principal

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

De l’ancien français coue (« queue ») avec le suffixe -ard (suffixe péjoratif). Littéralement : « qui porte la queue basse ».

Adjectif Modifier

Singulier Pluriel
Masculin couard
\kwaʁ\

couards
\kwaʁ\
Féminin couarde
\kwaʁd\
couardes
\kwaʁd\

couard \kwaʁ\ masculin

  1. Qui est poltron, qui n’a pas de courage.
    • Wilson le considérait d’un œil froid, maintenant. Il ne s’était pas attendu à cela. C’est donc un sacré con en plus d’un foutu couard, se dit-il à part lui. Pourtant, il me plaisait assez, jusqu’à maintenant. Mais comment peut-on savoir, avec un Américain ? — (Ernest Hemingway, L’Heure triomphale de Francis Macomber, 1936. Traduit de l’anglais américain par Marcel Duhamel, 1946. Traduction revue par Marc Sapora, 2001. p. 49.)
    • Il s’est montré couard en présence du danger.

NotesModifier

Il est peu employé au féminin.

SynonymesModifier

DérivésModifier

TraductionsModifier

DérivésModifier

Dérivés dans d’autres languesModifier

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
couard couards
\kwaʁ\

couard \kwaʁ\ masculin (pour une femme on dit : couarde)

  1. Poltron, lâche.
    • Si vous n’avez pas le cran de faire face à une penture, comment réagirez-vous à ce qui nous attend ? La Tour Blanche n’a nul besoin de couardes ! — (Robert Jordan, Les Feux du ciel, traduit par Jean-Claude Mallé, Bragelonne, 2013, ISBN 978-2-35294-664-9)
    • Je pensais que j’avais des seins à bustier, mais comme je suis une couarde, j’ai choisi le dos nu à ficelle amovible. — (chulinetti.blogs.com)
    • Le jour venu, le couard se dit malade, reste au lit et, donnant son écu mi-parti à son ami, l’envoie aux joutes. — (Roger Lathuillère, Guiron le Courtois: Étude de la tradition manuscrite et analyse critique, 1966)

SynonymesModifier

TraductionsModifier

Dérivés dans d’autres languesModifier

AnagrammesModifier

RéférencesModifier