FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(Date à préciser) De coude avec -ée.

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
coudée coudées
\ku.de\
 
Règle d’une coudée de l’Égypte antique. (2)

coudée \ku.de\ féminin

  1. Toute l’étendue du bras depuis le coude jusqu’au bout du doigt du milieu : environ 50 centimètres.
    • Avoir ses coudées franches, les coudées franches.
  2. (Métrologie) (Vieilli) Mesure de longueur prise sur l’étendue qu’il y a depuis le coude jusqu’au bout du doigt du milieu.
    • […] que Vos Révérences continuent de suivre ce sentier jusqu’à ce qu’elles arrivent à une croix aux trois quarts enterrée et dont à peine il reste une coudée hors de terre […] — (Walter Scott, Ivanhoé, traduit de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)
    • STADE, en allemand stadium, en hollandais stadie, en anglais stadium, stade, furlong, en espagnol et en portugais estadio, en italien stadio, en grec stadion, en latin stadium. Mesure itinéraire. […]
      Égypte ancienne. Le stade philétérien ou d’Alexandrie, dont 7 ½ faisaient le mille, se divisait en 6 plèthres = 10 amma = 60 acènes = 100 orgyies = 300 coudées de 2 pieds = 400 coudées philétériennes = 600 pieds philétériens.
      […]
      Grèce ancienne. Le stade grec ou italique, stade primitif,
      stadion, dont 8 ⅓ formaient le mille, se divisait en 6 plèthres = 10 amma = 60 acènes = 100 orgyies = 120 bême-diploun ou pas doubles = 240 bême-aploun = 400 coudées naturelles = 600 pieds.
      Le stade olympique faisait 400 coudées olympiques = 600 pieds olympiques.
      Le stade pythique ou delphique de 1000 pieds delphiques était de même valeur que le stade olympique.
      — (Horace Doursther, Dictionnaire universel des poids et mesures, anciens et modernes, M. Hayez, Bruxelles, 1840)
    • Je me suis fait l’effet de celui dont parle l’Écriture, qui s’efforce d’ajouter une coudée à sa taille. — (André Gide, La porte étroite, 1909, Le Livre de Poche, page 131)
    • Il avait saisi l’arbre à pleins bras […] À chaque effort, il se haussait d’une demi-coudée. Dans ses reins se mouvaient des souplesses de lézard ; l’écorce pétillait sous ses orteils nus […] — (Alphonse de Châteaubriant, Monsieur des Lourdines, chap. 1, 1910)
    • Châteaubedeau, d’une distance de cent coudées, lançait une pierre de la grosseur du poing au milieu d’une vitre de l’orangerie. — (René Boylesve, La leçon d’amour dans un parc, Calmann-Lévy, 1920, collection Le Livre de Poche, page 29.)
    • (Figuré)Que de fois, dans les loisirs de l’imagination, j’ai revu l’une de ces belles soirées automnales où les jeunes âmes font des progrès comparables à ces arbres qui poussent de plusieurs coudées par un coup de foudre. — (Charles Baudelaire, La Fanfarlo, 1847 ; Gallimard, 2012, collection Folio, page 26.)
    • (Figuré)Mais, supérieur de plusieurs coudées à tous ceux qui l’entouraient, il aurait dû guider ses amis […] — (Joseph Caillaux, Mes Mémoires, I, Ma jeunesse orgueilleuse, 1942)

NotesModifier

Le premier sens ne s’utilise que dans les expressions utilisant l’ensemble coudées franches.

DérivésModifier

TraductionsModifier

Forme d’adjectif Modifier

Singulier Pluriel
Masculin coudé
\ku.de\

coudés
\ku.de\
Féminin coudée
\ku.de\
coudées
\ku.de\

coudée \ku.de\

  1. Féminin singulier de coudé.

Forme de verbe Modifier

Voir la conjugaison du verbe couder
Participe Présent
Passé
(féminin singulier)
coudée

coudée \ku.de\

  1. Participe passé féminin singulier du verbe couder.

PrononciationModifier

Voir aussiModifier

  • coudée sur l’encyclopédie Wikipédia  
  • coudée sur le Dico des Ados 

RéférencesModifier