coude-pied

Voir aussi : cou-de-pied

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

Origine indéterminée. Peut-être, selon Le courrier de Vaugelas, n° 4 du 15 août 1877, p. 26, à cause de la forme de coude que prend le membre antérieur à cet endroit.

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
coude-pied coude-pieds
\kud pje\

coude-pied \kud pje\ masculin

  1. (Archaïsme) Graphie ancienne de cou-de-pied.
    • Le maître de danse lui fit observer, avec toute la politesse possible, qu'on devait dire le coude-pied, parce que , disait-il , en joignant l'exemple au précepte, le pied fait le coude en cet endroit. Cette raison ne me paraissant pas satisfaisante , je proposai une autre orthographe, mais on me ferma la bouche en me montrant le Dictionnaire de l'Académie. — (Alexandre Boniface, Manuel des amateurs de la langue française, 1re année, 1813, Paris : chez l'auteur, chez Pillet, chez Le Normant, chez Périsse & Compère, chez Alex. Johanneau, de l'Imprimerie Pillet, 1814, p. 151)
    • Le coude-pied est le siège d'une grand nombre de variétés musculaires et vasculaires qui , presque toutes , ont été notées à l'occasion de la jambe : c'est dans ce point, par exemple, que se rencontrent souvent ces dispositions anormales qui font communiquer largement ensemble les artères tibiales et péronière. — (Philippe-Frédéric Blandin, Traité d'anatomie topographique, ou Anatomie des régions du corps humain, Bruxelles : à l’Établissement encyclographique, 1837, p. 395)
    • A la main gauche, l’annulaire est envahi dans toutes ses articulations: à la main droite, le poignet et toutes les articulations des doigts sont rhumatisés : les genoux , les coude-pieds et les orteils sont douloureux dans le mouvement ; mais dans le repos il n'y reste qu'un sentiment d’engourdissement. — (Leçons de clinique médicale, faites à l'Hôtel-Dieu de Paris par le professeur Auguste-François Chomel, recueillies par A.-P. Requin, tome 2 (Rhumatisme et Goutte), Paris : chez Germer Baillière, 1837, p. 248)

NotesModifier

L’Académie française l'indique comme seule graphie dans son dictionnaire de 1762 ; elle la condamne comme fautive dans son édition de 1835.

TraductionsModifier

RéférencesModifier