FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

 Dérivé de couler, avec le suffixe -ure.

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
coulure coulures
\ku.lyʁ\

coulure \ku.lyʁ\ féminin

  1. Ce qui s'écoule, en parlant d'un liquide, d'une substance, de peinture.
    • Au dire des deux frères, il y avait trop peu de temps que je ne grattais plus pour les manger, au long des chandelles, les « coulures » en forme de longues larmes. — (Colette, Sido, 1930, Fayard, page 100.)
    • Une atmosphère de délaissement presque accablante se glissait dans ces couloirs vides où le salpêtre mettait de longues coulures. — (Julien Gracq, Le Rivage des Syrtes, José Corti, 1951)
    • Il faut aimer plonger les mains dans la mécanique, se prendre la tête avec les plans d’un moteur, bichonner une peinture pour éviter les vilaines coulures — (Stéphanie Maurice, La passion du tuning, Seuil, 2015, coll. Raconter la vie, page 95)
  2. (Métallurgie) Ce qui s’écoule, en parlant du métal qui s’échappe par les interstices du moule et des grains de la grappe qui tombent quand le raisin commence à se nouer.
  3. Ce qu’on fait couler, enfoncer.
    • Les coulures d’un filet, Les cordes d’un filet munies de liège à l’extrémité supérieure et d’un caillou à l’extrémité inférieure.
  4. (Botanique) Chute des fleurs ou des jeunes fruits à la suite de conditions climatiques qui altèrent le pollen et empêchent la fécondation.
    • Petits rendements à Palmer, […]. Comme partout, ce résultat est dû en partie à la « coulure », la mauvaise floraison par temps froid, et aussi à l'orage de grêle du 28 mai (juste avant la floraison) qui a frappé plusieurs parcelles : […]. — (Jacques Dupont, Le guide des vins de Bordeaux, Éditions Grasset & Fasquelle, 2011)

SynonymesModifier

TraductionsModifier

PrononciationModifier

RéférencesModifier