Étymologie

modifier
(Date à préciser) Du moyen français coupure, de l’ancien français coupeure[1].
Synchroniquement, dérivé de couper, avec le suffixe -ure[1].

Nom commun

modifier
Singulier Pluriel
coupure coupures
\ku.pyʁ\
 
Des coupures (4) de presse.

coupure \ku.pyʁ\ féminin

  1. Séparation ou division faite en tranchant dans un corps continu.
    • Le drame ivoirien mêle inextricablement ces deux dimensions et a abouti à partir de la tentative d’instauration du concept d’« ivoirité » à une coupure du pays en deux et à une situation de guerre civile. — (Christian Pradeau & Jean-François Malterre, Migrations et territoires, dans Les cahiers d’Outre-Mer n° 234/vol. 59, Presses Universitaires de Bordeaux, 2006, page 199)
    • J’ai une coupure au doigt.
    • Il y a une coupure à cette étoffe, à ce cuir.
    • Cette coupure a été faite avec un canif.
  2. (Sens figuré) (Littérature) Retranchement que l’on fait dans une composition littéraire.
    • Pendant les répétitions, il a fait des raccords, ajouté des béquets, et aussi pratiqué des coupures qui ont précisément pour but de lui rendre ce public indulgent et favorable. — (Anatole Claveau, Le Tout-Paris, dans Sermons laïques, Paris : Paul Ollendorff, 1898, 3e éd., page 26)
  3. Fragment.
  4. (En particulier) Fragment détaché d’un journal pour le conserver ou pour le reproduire.
    • Il sort d’un vieux portefeuille une coupure de L’Unité reproduisant une lettre d’un lecteur écrivant qu’André Bergeron avait fait, à une question précise, une réponse de Normand. — (Michèle Cotta, Cahiers secrets de la Ve République : 1965-1977, Fayard, 2007)
  5. (Finance) Fraction du billet de banque type.
    • Quelle déconvenue ! mais la petite pastoure, têtue et grêlée, qui, contre la promesse d’une assez forte coupure, avait consenti à me servir de guide, n’en démordait pas et m’affirmait que c’était bien là Barenton. — (Charles Le Goffic, Brocéliande, avec la collaboration de Auguste Dupouy, La Renaissance du Livre, 1932, page 83)
    • La Première Guerre mondiale est l’événement catalyseur pour la création de monnaie de nécessité : d’août 1914, première émission de coupures, à novembre 1922, dernière émission de jetons. Les institutions consulaires sont, durant cette périodes les principales émettrices : […]. — (Catherine Vuillermot, La Monnaie, personnage historique, Librairie Droz, 2007, page 177)
  6. Rigole, petit canal pour faciliter l’écoulement ou changer le cours des eaux.
    • Saigner une rivière, des étangs, un marais par des coupures.
  7. (Militaire) Séparations pratiquées dans les lignes ennemies, dans les groupements adverses.
  8. (Électricité) Coupure de courant, arrêt de l'alimentation en électricité.
    • Elle pourrait sans tiquer passer les fêtes à Pont-l’Abbé, dans le Finistère, où le maire, Stéphane Le Doaré, a pris « la lourde, mais nécessaire décision, de ne pas faire d’illuminations de Noël » après avoir vu la facture énergétique exploser « de plus de 223 % » et pris en compte les risques de coupures hivernales pour les particuliers. — (journal 20 minutes, édition Paris-IDF, 21 octobre 2022, page 10)
  9. (Cartographie) Unité de fractionnement d'un découpage[2].
  10. (Cartographie) Champ d'une carte constituant ou non une unité de découpage[2].
  11. (Géométrie) Sur un dessin technique, symbole graphique sur un axe, permettant la représentation des certaines données difficilement observables à cause de l’échelle.
    • Au besoin, il peut être important d’utiliser une coupure d’axe pour avoir une meilleure représentation des données. — (Les graphiques scientifiques, site alloProf)
    • Coupure d’échelle.

Synonymes

modifier

Dérivés

modifier

Apparentés étymologiques

modifier

Traductions

modifier
Traductions à trier
modifier

Prononciation

modifier

Anagrammes

modifier

Modifier la liste d’anagrammes

Voir aussi

modifier
  • coupure sur l’encyclopédie Wikipédia  

Références

modifier
  1. a et b « coupure », dans TLFi, Le Trésor de la langue française informatisé, 1971–1994 → consulter cet ouvrage
  2. a et b « Glossaire de cartographie », dans le Bulletin du Comité français de cartographie, mars-juin 1990, p. nos 123-124, Paris (2e édition), ouvrage placé sous licence CC BY-SA 4.0 et intégré au Wiktionnaire grâce à un don du Comité français de cartographie.