FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(c. 1100) Du latin cursus, de currere.

Nom commun Modifier

Singulier et pluriel
cours
\kuʁ\

cours \kuʁ\ masculin, singulier et pluriel identiques

  1. Mouvement d’écoulement naturel.
    1. Dans l’espace. → voir cours d’eau et
      • VERON, petite rivière ou ruisseau de Berri, de quatre lieues de cours. — (Maurille-Antoine Moithey, Dictionnaire hydrographique de la France, Chez l’auteur, 1787, page 123)
      1. (Hydrologie) Flux, étendue parcourue par l’eau des fleuves, des rivières et des ruisseaux. → voir cours d’eau
        • La route parcourt une campagne fertile et variée par des jardins, par des plantations de noyers, et par des coteaux plantés de vignes : à gauche, ou suit presque constamment le cours de l’Yonne ; […] — (Eusèbe Girault de Saint-Fargeau, Guide pittoresque du voyageur en France, Firmin Didot frères, 1837, vol.1 (Route de Paris à Genève : Département de l’Yonne), page 1)
        • Dans cette partie de son cours, la Lanterne reçoit les eaux de nombreux ruisseaux ou « rus » provenant des vallons tourbeux voisins. — (Gustave Malcuit, Contributions à l’étude phytosociologique des Vosges méridionales saônoises : les associations végétales de la vallée de la Lanterne, thèse de doctorat, Société d’édition du Nord, 1929, p. 6)
        • 24 février. — Temps splendide. Le départ a lieu à dix heures.
          La colonne descend dans la vallée au Sud du camp et suit le cours du ruisseau d’Aïn El-Fert à l’Ouest, puis au Nord-Ouest.
          — (Frédéric Weisgerber, Trois Mois de campagne au Maroc : étude géographique de la région parcourue, Ernest Leroux, Paris, 1904, page 133)
        • Une rivière dont le cours,
          Image d’un sommeil doux, paisible, et tranquille,
          Lui fit croire d’abord ce trajet fort facile.
          — (Jean de la Fontaine, Fables, VIII, XXIII (« Le Torrent et la rivière »))
      2. (Biologie) Circulation d’un liquide canalisé dans un circuit.
        • C’est en modifiant le calibre des vaisseaux et le cours du sang, c’est-à-dire le phénomène mécanique de transport du sang […] — (Jean Baptiste Baillière, Programme du cours d’histologie, 1864, page 94)
        • Je voudrais que du ciel le barbare secours
          De mon sang dans mon cœur eût arrêté le cours.
          — (Voltaire, Zaïre, III, 3)
      3. (Astronomie) Mouvement, course réel ou apparent des astres.
        • Que puisses-tu, grand soleil de nos jours,
          Faire sans fin le même cours !
          — (François de Malherbe, III, 4)
        • Le soleil pâlit au milieu de son cours, et l’azur du ciel, traversé de bandes verdâtres, semble se décomposer dans une lumière louche et troublée. — (François-René de Chateaubriand, Les Martyrs, livre dix-neuvième, volume 2, éd. Le Normant, 1809, page 239)
      4. (Par analogie) Étendue de certaines choses continues.
        • […] principalement l’idée qu’il avoit d’établir le véritable cours de la ligne de montagnes, qui commence à la mer Noire, va parallèlement au Danube jusqu’au mont St-Gothard, et continue jusqu’à la Méditerranée. — (Bernard le Bouyer de Fontenelle, Éloge de M. le comte Marsigli)
      5. (Vieilli) longueur.
        • Une tenture de tapisserie de laine et de soye relevée d’or, dessein de Raphaël, représentant la fable de Psyché , avec la devise de la Salamandre et deux F couronnés dans la bordure, contenant cent six aunes de cours, en vingt-six pièces […] — (Antoine Louis LACORDAIRE, Notice sur l'origine et les travaux des manufactures de tapisserie et de tapis réunies aux Gobelins et catalogue des tapisseries qui y sont exposées, 1855, page 15)
    2. Dans le temps. → voir au cours de, en cours, cours de ventre et
      • […] nous n’avons pas de maître sinon le grand 道 Dao de ce qui n’en finit pas 到 dao (arriver) et non agir trouver des instructions dans le silence attendre – suivre le cours des choses et finir de l’actualiser mais sans s’en rendre compte […]— (Pierre Vinclair, Le Cours des choses, Flammarion, 2018, page 26)
      1. (Littérature) Durée. → voir cours de la lune
        • Dans le cours d’environ trente ans, Marivaux donna sur la scène française et sur la scène italienne environ trente pièces, qu’il partagea à peu près également entre les deux théâtres. — (Jean le Rond D’Alembert, Éloges, Marivaux)
        • Puis donc, mon cher Polyclès, qu’à l’âge de quatre-vingt-dix-neuf ans où je me trouve, j’ai assez vécu pour connaître les hommes ; que j’ai vu d’ailleurs, pendant le cours de ma vie, toutes sortes de personnes et de divers tempéramens [sic] ; et que je me suis toujours attaché à étudier les hommes vertueux, comme ceux qui n’étaient connus que par leurs vices […] — (Jean de la Bruyère, Avant-propos de Théophraste)
        • Dans le cours d’une seule journée Je suis Héraclius, Léonce et Martian. — (Pierre Corneille, Héraclius empereur d’Orient, V, 6)
        • Chaque fjord islandais a un petit chef-lieu où le steamer fait escale cinq ou six fois dans le cours d'une année. Dans ces localités résident des marchands […]. — (Jules Leclercq, La Terre de glace, Féroë, Islande, les geysers, le mont Hékla, Paris : E. Plon & Cie, 1883, page 58)
        • Mais enfin ce héros, sujet au cours des ans,
          A trop longtemps vaincu pour vaincre encor longtemps.
          — (Pierre Corneille, Sertorius, II, 1)
        • Encore une fois, tout est vain en l’homme, si nous regardons le cours de sa vie mortelle […] — (Jacques-Bénigne Bossuet, Oraison funèbre de Henriette-Anne d’Angleterre, Duchesse d’Orléans)
        • Sans les digues élevées et solidement établies qui l’en garantissent, la Camargue serait submergée par le Rhône plusieurs fois durant le cours du printemps, au moment sur-tout de la fonte des neiges, et pendant l'automne lors des pluies équinoxiales : […]. — (M. de Rivière, « Mémoire sur la Camargue », dans les Annales de l'agriculture française, 2e série, tome 34, Paris : chez Madame Huzard, avril 1826, page 77)
      2. (Philosophie) Continuité.
        • Je dis la raison : car ce serait se figurer, comme ces philosophes insensés, une divinité indolente […] qui suit le cours des révolutions humaines, sans leur donner elle-même de mouvement […] — (Jean-Baptiste Massillon, Sermon pour le mercredi de la deuxième semaine de Carême sur la vocation)
      3. (Sciences) Conséquence logique, naturelle normalement attendue ou prévisible.
        • J’observe comme vous cent choses tous les jours
          Qui pourraient mieux aller prenant un autre cours.
          — (Molière, Le Misanthrope, I, 1)
        • Les uns se représentoient un dieu oisif […] laissant au hasard le cours des siècles et des saisons, les révolutions des empires, la destinée de chaque particulier, la machine entière de ce vaste univers […] — (Jean-Baptiste Massillon, Sermon pour le jour de Noël)
    3. Dans un espace-temps. → voir suivre son cours, parcours et
      • Il y en a un à qui j’enseigne la langue indienne ; il m’apprend en récompense un jargon qui a cours dans l’Europe, et qu’on nomme l’italien. — (Voltaire, Lettres d’Amabed, 1)
      1. Développement, enchaînement, direction que prennent certaines choses, ou qu’on leur donne.
        • Je lui prête mon bras sans engager mon âme ;
          Je m’abandonne au cours de sa félicité,
          Tandis que tous mes vœux sont pour la liberté.

          — (Pierre Corneille, Sertorius, III, 2)
        • […] au cours des événements, une proposition pour déclencher la grève générale, mais cette proposition a été rejetée par l'N.V.V. — (La Révolution prolétarienne, 1934)
        • Les choses quelquefois prennent un autre cours. — (Pierre Corneille, Nicomède, IV, 5)
        • […] Mon sang rompt le cours du mal que j’avais fait. — (Pierre Corneille, Nicomède, V, 10)
      2. Déroulement d’une histoire.
        • Vous ne sauriez […] Conter vos malheurs sans conter mon histoire ;
          Et lorsque, ce matin, j’en écoutais le cours,
          Mon cœur vous répondait tous vos mêmes discours.
          — (Jean Racine, Mithridate, II, 6)
        • Désormais que ma muse, aussi bien que mes jours,
          Touche de son déclin l’inévitable cours.
          — (Jean de la Fontaine, Poésies mêlées, LXIX)
        • Mais un trouble importun vient, depuis quelques jours,
          De mes prospérités interrompre le cours.
          — (Jean Racine, Athalie, II, 5)
      3. suivi d’une affaire.
      4. Conséquence prévisible.
        • Ce serait en tous cas à moi qu’il se faudrait prendre du cours qu’ont eu vos deux lettres. — (Jacques-Bénigne Bossuet, Lettres sur l’affaire du quiétisme, 141, 75 (À M. de Rancé), 22 août 1697)
        • Ni ils ne sont maîtres des dispositions que les siècles passés ont mises dans les affaires, ni ils ne peuvent prévoir le cours que prendra l’avenir, loin qu’ils le puissent forcer. — (Jacques-Bénigne Bossuet, Théologie historique, III, 8)
        • […] mais ce sont des coups qui se font remarquer, et qui sortent de l’ordre commun, au lieu qu’il n’y a qu’à laisser aller les choses leur cours naturel, et vous mourrez tel que vous êtes […] — (Jean-Baptiste Massillon, Sermon pour le lundi de Pâques sur la fausse confiance)
      5. (Éducation) Période globale consacrée à une matière. → voir cours de langue et
        • Il me fait d’abord un cours de géographie, et j’apprends que la terre est un disque dont l’Arabie occupe le centre. — (Frédéric Weisgerber, Trois Mois de campagne au Maroc : étude géographique de la région parcourue, Ernest Leroux, Paris, 1904, page 123)
        • En début d'année, un « colloscope » est distribué. Cet astucieux emploi du temps organise les horaires de passage de chaque groupe dans chaque matière. Aux heures de cours proprement dites s'ajoutent donc celles de « colle » […]. — (Eric Flatt, ‎Loïc Dilly & ‎Nicolas Guay, La prépa école de commerce, Éditions Eyrolles, 2011, page 88)
        • La tête en l’air, qui suit à Oxford quelques cours de botanique, se prépare à devenir pasteur quand une chance imprévue s’offre à elle : on lui propose de partir, au titre d’homme de compagnie du capitaine Robert Fitz-Roy, âgé de vingt-six ans et au caractère difficile, pour un très long voyage d’étude. — (Jean d’Ormesson, C’est une chose étrange à la fin que le monde, 2010, ISBN 978-2-221-12336-2)
        1. (Par métonymie) Contenu enseigné pendant cette période.
        2. (Édition) Traité, publication, ouvrage consacré(e) à un enseignement.
          • Ce cours une fois publié, nous pourrons commencer un journal de langue française, sous le titre de solutions grammaticales, où nous répondrons à toutes les questions qui pourront nous être adressées. — (Pierre-Alexandre Lemare, Cours de langue française, en 9 parties, 1835, page 1070)
      6. (Finance) Validité à un instant donné. → voir cours au comptant, cours de change à terme, cours de la bourse et
        • Ce n’est pas tout : j’ai acheté cent louis d’or cinq ou six pièces d’une monnaie de cuivre qui avait cours il y a deux mille ans. — (Montesquieu, Lettres persanes, page 142)
        • […] une science vaine, aride, dénuée d’agrément et d’utilité, qui ne tombe point dans la conversation, qui est hors de commerce, semblable à une monnaie qui n’a point de cours. — (Jean de la Bruyère, Les Caractères ou les Mœurs de ce siècle, I)
        1. (Par extension) Se dit des écrits ou idées qui circulent.
          • Plusieurs copies qui eurent cours par la ville. — (Antoine Hamilton, Mémoires de Grammont, 11)
          • Le commerce de tant de peuples divers, autrefois étrangers les uns aux autres, et depuis réunis sous la domination romaine, a été un des principaux moyens dont la Providence se soit servie pour donner cours à l’Évangile. — (Jacques-Bénigne Bossuet, Théologie historique, III, 1)
        2. Crédit donné à ces écrits ou idées
  2. Alignement, enchainement continu d’éléments. → voir cours d’assise, cours de pannes, cours de plinthe, discours et
    • […] on pourrait aussi ne prendre qu’un seul cours de moellons pour établir les têtes et la partie intermédiaire de la voûte. — (S. Loignon, Ponts biais, C. Bernard, 1872, page 41)
    1. (Urbanisme) Promenade publique, située dans la ville ou à proximité, ordinairement plantée d’arbres, et qui s’étend plus en longueur qu’en largeur.
      • […], nous entrâmes dans la Rue de la République, laissant derrière nous le cours Jean Jaurès et la gare, porte à jamais refermée sur Chambéry. — (Jean-Paul Rebour, Près du pont d'Avignon, Éditions Publibook, 2014, p. 17)
      • Hyde-Park, comme on sait, est le cours de Londres. — (Antoine Hamilton, Mémoires de Grammont, 7)
      • Il se promène avec des femmes à la plaine ou au cours. — (Jean de la Bruyère, Les Caractères ou les Mœurs de ce siècle, VII)
      • En revenant à Paris, nous trouvâmes au cours presque toutes les filles de qualité à marier. — (Louis de Rouvroy, 28, 72)
    2. (Vieilli) (Agriculture) Rotation des plantations.
      • Le cours général des cultures dans cette division est comme suit : 1 Froment sur jachère fumée. 2 Luzerne avec charrées en couverture […ÿ — (Cours complet d’agriculture, d’économie rurale et de médecine, Volume 19, Bureau du Cours complet d’agriculture, 1848, page 112)
    3. (Tissage) Allée et venue de la navette, dans les fabriques de soie. — (« cours », dans Émile LittréDictionnaire de la langue française, 1872–1877 → consulter cet ouvrage)
  3. (Vieilli) Action de courir.
    • Que d’un cours si rapide
      La victoire vous ait ramené dans l’Aulide.
      — (Jean Racine, Iphigénie, I, 2)
    • C’est pour vous qu’on l’a vu, vainqueur de tant de princes,
      D’un cours impétueux traverser nos provinces.
      — (Jean Racine, Alexandre le Grand, II, 1)

AbréviationsModifier

Enseignement suivi sur une matière
Promenade publique

SynonymesModifier

écoulement :

DérivésModifier

Apparentés étymologiquesModifier

Vocabulaire apparenté par le sensModifier

Variantes dialectalesModifier

TraductionsModifier

Forme de nom commun Modifier

Singulier Pluriel
cour cours
\kuʁ\

cours \kuʁ\ féminin

  1. Pluriel de cour.
    • Le vent qui fait claquer les chemises dans les cours apporte et désapporte le souvenir de Dieu. — (Claude Tabarini, L’oiseau l’ours et le ciel, 1980)

Forme de verbe Modifier

Voir la conjugaison du verbe courir
Indicatif Présent je cours
tu cours
Imparfait
Passé simple
Futur simple
Impératif Présent (2e personne du singulier)
cours

cours \kuʁ\

  1. Première personne du singulier de l’indicatif présent de courir.
    • Je cours chercher mon vélo que je rapporte à bout de bras, trop propre pour remonter sur ce machin tout crados. — (Élodie Lafay, J’aime me perdre n’importe où dans le monde, 2014, page 251)
  2. Deuxième personne du singulier de l’indicatif présent de courir.
    • Tu chouannes encore, tu cours par les chemins comme une bête enragée qui cherche à mordre. — (Honoré de Balzac, Les Chouans, chapitre II)
  3. Deuxième personne du singulier de l’impératif présent de courir.

PrononciationModifier


HomophonesModifier

Voir aussiModifier

  • cours sur l’encyclopédie Wikipédia  

RéférencesModifier