Ancien françaisModifier

ÉtymologieModifier

Du latin constāre (« être fixé »).

Verbe Modifier

couster \Prononciation ?\ transitif (voir la conjugaison)

  1. Coûter.
    • Il luy cousta beaucoup d'avoir esté ceste nuict-la absent.

SynonymesModifier

DérivésModifier

Dérivés dans d’autres languesModifier

RéférencesModifier

Moyen françaisModifier

ÉtymologieModifier

De l’ancien français couster, du latin constāre.

Verbe Modifier

couster \Prononciation ?\ transitif (voir la conjugaison)

  1. Coûter, valoir un prix.
    • Couster peu. couster beaucoup. couster cher. ne couster guere. couster trop.
    • cela couste plus qu'il ne vaut.
    • combien vous couste, que vous couste cette estoffe, ce vin, ce cheval, cette maison, cette terre &c.
    • cela a cousté cent escus.
    • l'entretien d'un cheval, d'un carrosse couste tant.
    • il luy en a cousté son bon argent. je veux avoir cela, quoy qu'il couste, qu'il en couste.
    • cela luy couste bonne, luy couste bon. ces biens là ne luy coustent guere.
  2. Être cause de dépense, de perte, de douleur, de peine, de soin.
    • Je ne veux point plaider, les procés coustent trop. tous frais faits il m'en couste tant.
    • il couste beaucoup à bastir.
    • combien pensez- vous que ce fils luy couste? il luy couste plus d'argent qu'il n'est gros.
    • il a fait une folie qui lui a cousté cher, qui luy couste tout son bien.
    • il luy en a cousté un bras pour avoir esté à la guerre.
    • il vous en coustera la vie.
    • il vous en coustera la teste.
    • il ne vous en coustera qu'une saignée.
    • cette perte luy a cousté bien des soupirs, des larmes.
    • cet ouvrage luy couste bien des veilles.
    • cette recherche luy a cousté bien du temps, luy couste un grand soin, un grand travail.
    • la peine qu'il m'en couste.
    • cette ode, cette harangue est belle, mais sans doute elle vous a-bien cousté.

RéférencesModifier