Français modifier

Étymologie modifier

En couture, lorsqu’il s’agit de recoudre un tissu, il est de bon ton de choisir un fil proche de la couleur de l’étoffe. C'est pourquoi si l’on coud un tissu foncé avec un fil blanc, la couture qui devait être discrète et cachée se retrouve bien visible. Au sens figuré, ce sens est reporté à toute entreprise qui tente de dissimuler quelque chose de manière maladroite et évidente.

La locution apparait dans un dictionnaire daté de 1673 : A French and English dictionary, par Randle Cotgrave avec le concours de Jean Loiseau de Tourval. Néanmoins les deux auteurs sont décédés plus de 40 ans avant cette édition et il faudrait rechercher dans leur édition de 1611 intitulée A Dictionarie of the French and English tongues, compilé par Randle Cotgrave avec le concours de Jean Loiseau de Tourval.

Locution adjectivale modifier

Singulier Pluriel
Masculin cousu de fil blanc
\ku.zy də fil blɑ̃\

cousus de fil blanc
\ku.zy də fil blɑ̃\
Féminin cousue de fil blanc
\ku.zy də fil blɑ̃\
cousues de fil blanc
\ku.zy də fil blɑ̃\

cousu de fil blanc

  1. (Sens figuré) Qualifie une intrigue, une explication grossière, mal faite, et dont on ne peut cacher l’évidence.
    • À l'écriture, j'essaie de couvrir d'un manteau blanc les choses sombres, le non-sens brille trop fort, et on peut dire chez les Français d'un tel coup de Paillettes qu'il est cousu de fil blanc (allemand Schreibens bemüht der schwarzen Sache einen weißen Mantel umzuhängen so leuchtet dennoch der Unfug gar zu hell hervor und man kann von diesem Flickwerk unter den Franzosen sagen cousu de fil blanc) — (Der Curieuse und Politische Staats-Mercurius, Welcher Der Staats-Gelehrt- und Galanten Welt, Die wichtigsten und remarquabelsten Begebenheiten in dem ietzlebenden fleurisanten Europa und übrigen Welt-Theilen Nebst beygefügten unpartheyischen Anmerckungen entdecket in seiner Ersten [ - Siebenden] Giornata, Volume 6, 1702)
    • Vous ne le savez pas ! En voilà un hypocrite ?… (...) Oui, jouez l’étonné, pour me faire croire que vous ne leur avez pas écrit de venir ? Cette malice cousue de fil blanc ! — (Honoré de Balzac, La Rabouilleuse ou Les Célibataires : (troisième histoire) Un Ménage de garçon., 1842)
    • Cela n’avait pas le sens commun, c’était cousu de fil blanc ; mais sa raison sommeillait, et depuis longtemps elle ne suivait plus que les feux follets de son imagination détraquée. — (Ernest Renan, Souvenirs d’enfance et de jeunesse, 1883, collection Folio, page 35.)
    • M. Paul, que cette malice cousue de fil blanc laissait insensible, sourit, hocha la tête, plissa drôlement son petit œil et répondit : […]. — (Francis Carco, Messieurs les vrais de vrai, Les Éditions de France, Paris, 1927)
    • J'aime les comédies qui sont à l'eau de rose et cousues de fil blanc car elles me réconfortent (sens mélioratif)
    • L’intrigue de ce film était trop cousue de fil blanc., car je n'arrive pas à m'attacher à des personnages qui ont sont ridiculement chanceux (sens péjoratif)

Synonymes modifier

Prononciation modifier

Voir aussi modifier