FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

De crosser et -eur.

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
crosseur crosseurs
\kʁɔ.sœʁ\

crosseur \kʁɔ.sœʁ\ masculin (pour une femme, on dit : crosseuse)

  1. Celui qui crosse, qui s’amuse à crosser.
  2. (Québec) (En particulier) (Péjoratif) Personne malhonnête, escroc, menteur. Note : Rare au féminin.
    • Le crosseur charmant. Le méchant doux. Anouk sait tout ça. Que Stéphani est un vilain. Qu’il la manipule. Mais elle n’y peut rien. — (Matthieu Simard, Pavel, tome 9, Sans les filles, la vie serait douce et plate, page 18, La courte échelle)
    • C’était Bernard Délicieux, le journaliste rencontré un soir à L’Express et qui l’avait si malencontreusement présenté à Pigeon-Lecuchaux, ce crosseur insigne qui avait causé le naufrage de son roman. — (Yves Beauchemin, Charles le téméraire : roman. Un saut dans le vide, tome 2, page 312, 2005, Fides)
    • — Ne compte pas sur lui, c’est un tordu ; excuse-moi de te faire de la peine, mais je crois que ton patron, c’est le crosseur en chef. » — (Loraine Lagacé, Stratège, tome 1, page 84, 1992, Stanké)
    • « Ouan, de toute façon, le gouvernement, c’est toutes des crosseurs ! Tu ne penses pas que Loto-Québec fourre le monde, toi ? » — (Richard Martineau, Bienvenue au casino de Bougonland, Le Journal de Québec, 13 avril 2021)
  3. Adepte de motocross.
  4. Adepte du jeu Animal Crossing.
  5. Joueur de crosse.
  6. (argot XIX ème) avocat général, ministère public qui crosse sur l'accusé qu'il veut faire condamner [1]
  7. (argot XIX ème) sonneur de cloches (par dérivation de crosser au sens de sonner) [2]

Apparentés étymologiquesModifier

TraductionsModifier

PrononciationModifier

RéférencesModifier