cul-de-lampe

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(1694) Composé de cul (« partie inférieure de quelque chose »), de et lampe, par analogie de forme.

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
cul-de-lampe culs-de-lampe
\ky.də.lɑ̃p\
 
Cul de lampe de maçonnerie
 
Cul de lampe pour remplir le blanc d’une page.

cul-de-lampe masculin \ky.də.lɑ̃p\

  1. (Maçonnerie) (Architecture) Encorbellement sur trois assises en forme de cône ou de pyramide renversée.
  2. (Menuiserie) (Sculpture) Ornement de lambris ou de voûte qui a la forme du dessous d’une lampe d’église.
    • Cul-de-lampe, est aussi un ornement de menuiserie, ou de sculpture qui descend pendant, & en bas, comme on en voit au plancher de la grand-chambre du Palais de Paris. — (Antoine Furetière, Dictionnaire universel, chez Reinier Leers, 1708, page 11)
  3. (Typographie) (Par analogie) Ornement qui se termine ordinairement en pointe et qui sert à remplir le bas de la pagefinit un chapitre, un livre.
    • Je finis, sur la fin de cet hiver, le catalogue pittoresque des tableaux de M. de Sommariva, que j’écrivis de ma main et de ma belle écriture, et que j’ornai de culs-de-lampe et de vignettes ; […]. — (Félicité de Genlis, Mémoires inédits de madame la comtesse de Genlis, Paris & Londres : Colburn, 1825, vol.7, p.181)
    • Sur la table, dans le papier d’emballage à moitié enlevé, il venait d’apercevoir quelques exemplaires d’amateur, la tranche épaisse, non rognés, avec de grandes marges, fleurons, culs-de-lampe ; et malgré son attitude recueillie, son regard, sa pensée, tout était là… Il en louchait, le malheureux ! — (Alphonse Daudet, Le dernier livre, dans Contes du lundi, 1873, Fasquelle, collection Le Livre de Poche, 1974, page 184.)

HyperonymesModifier

Ornement typographique

TraductionsModifier

PrononciationModifier

Voir aussiModifier

RéférencesModifier