Ouvrir le menu principal

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

Calque de l’anglais Jespersen’s cycle, décrit par Otto Jespersen en 1917[1] et nommé ainsi par Östen Dahl en 1979[2].

Locution nominale Modifier

cycle de Jespersen \Prononciation ?\ masculin

  1. (Linguistique) Cycle historique trouvé dans plusieurs langues dans lequel les morphèmes négatifs changent dans l’ordre suivant :
    (1) La négation par un négatif : Non veniunt. (latin)
    (2) L’affaiblissement phonétique du négatif et l’addition d’un adverbe : Ne viennent pas. (ancien français, aussi ne manje mie, ne boit goutte, etc.)
    (3) L’obligation des deux négatifs : Ils ne viennent pas. (français soutenu)
    (4) La disparition du négatif originel : Ils viennent pas. (français familier)
    • Le cycle de Jespersen sur la négation réfère donc à différentes grammaires du français dans l’espace ou dans le temps. — (Marie-Thérèse Vinet, D’un français à l’autre : la syntaxe de la microvariation, 2001, ISBN 9782762122107)

TraductionsModifier

Voir aussiModifier

RéférencesModifier

  1. Otto Jespersen, Negation in English and other languages, Copenhagen, 1917
    The history of negative expressions in various languages makes us witness the following curious fluctuation: the original negative adverb is first weakened, then found insufficient and therefore strengthened, generally through some additional word, and this in its turn may be felt as the negative proper and may then in course of time be subject to the same development as the original word.
  2. Östen Dahl, Typology of sentence negation, 1979, Linguistics 17, pp. 79-106
    Since we are dealing with a cyclical process in the sense that we go from a single particle to a double and back again, we may refer to this kind of development as ‘Jespersen’s cycle’.