débarbouiller

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(1549) De barbouiller avec le préfixe privatif -dé.

Verbe Modifier

débarbouiller \de.baʁ.bu.je\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison) (pronominal : se débarbouiller)

  1. Nettoyer en particulier le visage.
    • […] c’était le rêve qu'elle avait fait parfois d'un Orient débarbouillé de sa crasse, tiré de son ignorance, jouissant du sol fertile, du ciel charmant, avec tous les raffinement de la science — (Émile Zola, L'Argent, 1891)
    • Celui qui a dû perdre l'habitude de dire « une serviette à débarbouiller » garde l'expérience et la nostalgie d'une naïveté, d'une fraîcheur d'âme et de langage qu'ignorera toujours celui qui a toujours dit « une serviette de toilette ». — (Marcel Jouhandeau, Chaminadour, Gallimard, 1941 et 1953, collection Le Livre de Poche, page 268)
  2. (Pronominal) Se nettoyer (le visage).
    • […] il prit l’habitude de se débarbouiller après le travail et parfois même de laver son cou. — (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, page 11 de l’édition de 1921)
    • […] puis, s’étant débarbouillé sommairement et chaussé, il passa sur sa chemise son gilet à manches et prit le chemin de la maison du Pape. — (Louis Pergaud, Joséphine est enceinte, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
    • Puis le petit déjeuner, Yette encore endormie, qui ne s'était même pas débarbouillée et qui avait la peau luisante. — (Georges Simenon, Le Blanc à lunettes, ch. I, Gallimard, 1937)
    • – N’oublie pas que cet après-midi, pour la première fois de ta vie, tu vas paraître sur une scène de théâtre, me dit-il… Il faut te débarbouiller de la tête aux pieds. — (Jean L’Hôte, La Communale, Seuil, 1957, réédition J’ai Lu, page 134)
    • Se débarbouiller seulement la figure chaque jour et le reste selon le degré de saleté, les mains et les avant-bras après le travail, les jambes et les genoux des enfants les soirs d’été, le lavage en grand réservé aux fêtes. — (Annie Ernaux, Les années, Gallimard, 2008, collection Folio, page 32)
  3. (Pronominal) (Figuré) (Familier) Tirer d’embarras.
    • Laisse le donc se débarbouiller tout seul, ce n’est plus un gamin !

DérivésModifier

TraductionsModifier

PrononciationModifier

HomophonesModifier

Voir aussiModifier

RéférencesModifier