débarrasser le plancher

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

→ voir débarrasser et plancher, pour exprimer le désir que quelqu’un ne soit plus là, donc que ses pieds n’encombrent plus le sol de la pièce, son plancher.

Locution verbale Modifier

débarrasser le plancher \de.ba.ʁa.se lə plɑ̃.ʃe\ (se conjugue → voir la conjugaison de débarrasser)

  1. Partir sans attendre.
    • — Fichtre ! ça n’a pas été sans peine ! murmura madame Gabin. Allons, houp ! maintenant que le plancher est débarrassé ! — (Émile Zola, La Mort d’Olivier Bécaille, 1879)
    • Qu’est-ce que cela pouvait bien faire, pourvu que les Allemands se fassent piler et débarrassent le plancher — (Elsa Triolet, Le premier accroc coûte deux cents francs, 1944, réédition Cercle du Bibliophile, page 141)
    • Je me sentis faire peau neuve, saisi aux épaules par une soudaine désinvolture, comme une jeune fille à son premier bal quand sa mère, après avoir opposé au sommeil une belle défense, se décide enfin à débarrasser le plancher. — (Julien Gracq, Le Rivage des Syrtes, José Corti, 1951)
    • – Qu’est-ce que vous foutez là ? Débarrassez-nous le plancher ! Qu’est-ce que c’est que ces zigotos ?... furent quelques-unes des expressions employées à notre encontre par des individus de passage. — (Jean L’Hôte, La Communale, Seuil, 1957, réédition J’ai Lu, page 138)
    • Je vais vous débarrasser le plancher, dit Ruth avec obligeance, faisant un saut périlleux en arrière et flottant vers la fenêtre. — (Anne MacCaffrey traduit par Simone Hilling, Tous les Weyrs de Pern in La Ballade de Pern, Pocket, 2012, ISBN 978-2-266-22749-0)

TraductionsModifier

PrononciationModifier