déception

Voir aussi : deception, Déception

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

Du latin deceptio.

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
déception déceptions
\de.sɛp.sjɔ̃\

déception \de.sɛp.sjɔ̃\ féminin

  1. Fait d’être déçu ou de subir une situation inférieure à ses attentes.
    • Après une lutte qui eut ses déceptions et ses découragements, la nature fut vaincue, les animaux nuisibles détruits ; et l’on vit naître cette zône fertile du littoral qu’on nomme encore la ceinture dorée de la Bretagne. — (Jules Henri Geslin de Bourgogne et A. de Barthélemy, Anciens évêchés de Bretagne : histoire et monuments, vol. 3, part 1‎, p. VII, 1864)
    • De toute manière, attendre trop de l’immigration, pour remédier à notre faiblesse démographique, serait nous exposer à des déceptions. — (Ludovic Naudeau, La France se regarde : le Problème de la natalité, Librairie Hachette, Paris, 1931)
    • Pour Pavlov le chemin de la vie fut jonché d’épines, plein d’amertume, de déceptions et de luttes acharnées… — (E. Asratian, I. Pavlov : sa vie et son œuvre, p. 4, Éditions en langues étrangères, Moscou, 1953)
  2. (Militaire) Ensemble des mesures visant à tromper l’adversaire et à le faire réagir de façon préjudiciable à ses propres intérêts.
    • Lors de sa première audition à l’Assemblée nationale, le général Thierry Burkhard, le chef d’état-major de l’armée de Terre [CEMAT] a estimé qu’il fallait « continuer à investir de nouveaux champs », comme le « cyber, la déception, la résistance à la désinformation » tout en assurant une « meilleure prise en compte de l’influence. » — (site opex360.com, 5 décembre 2019)

SynonymesModifier

Vocabulaire apparenté par le sensModifier

TraductionsModifier

Faux-amisModifier

PrononciationModifier

RéférencesModifier