découpage

Voir aussi : decoupage

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

De découper avec le suffixe -age.

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
découpage découpages
\de.ku.paʒ\

découpage \de.ku.paʒ\ masculin

  1. Action de découper, de faire des morceaux avec un objet coupant.
    • Le dispositif de découpage le plus répandu est l’oxycoupage toujours employé pour les brames et les blooms, et de plus en plus fréquemment pour les machines à billettes. — (Joseph Farhi, Coulée continue de l’acier. Équipement. Exploitation, Techniques de l’Ingénieur, n° M7812, page 8)
    • Elle comprend, attenant à un paddock, un abattoir à 6 compartiments, une salle de ressuyage, désossage et découpage, des atteliers pour la cuisson des viandes, la préparation des boîtes et la fabrication des graisses, des cuves pour dégélatiniser les os, des appareils pour la concentration des bouillons et des gélatines, des ateliers d’emballage, de peinture et de vernissage, des ateliers de construction et de réparation, des maisons d'habitation pour le personnel, composé d’une vingtaine de familles de contre-maitres et employés et de 150 condamnés aux travaux forcés, placés sous la garde de surveillants militaires et d'indigènes. — (Léon Gauharou, Géographie de la Nouvelle-Calédonie, 1892, page 96)
  2. Morceaux ; résultat d’un découpage.
  3. (Sens figuré) Action de sérier, de séparer des choses semblables.
    • Ce découpage géographique n'a pas la prétention de définir exactement et sur le plan strictement scientifique les différents domaines chorologiques en particulier entre les domaines atlantique et médioeuropéen qui disposent, notamment en France, de larges zones de transition. — (J.-C. Rameau, C. Gauberville & N. Drapier, Gestion forestière et diversité biologique, page 57, Librairie forestière, 2000)
    • Le premier correspond à l’intrigue, dans laquelle on se laisse entraîner d'autant plus facilement que la feuilletonisation du récit est parfaitement maîtrisée grâce à un découpage et un rythme qui ménagent suspense, dévoilements et rebondissements. — (Bernard Leconte & Érika Thomas, Écrans et politique, L'Harmattan, 2004, page 106)
    • Les sociétés humaines ont maîtrisé l’espace terrestre par le biais de son découpage en territoires. À l’heure actuelle, seuls les espaces centraux des mers et océans échappent à cette emprise en demeurant res communis. — (Christian Pradeau & Jean-François Malterre, Migrations et territoires, dans Les cahiers d'Outre-Mer n° 234/vol. 59, Presses Universitaires de Bordeaux, 2006, page 199)
  4. (Cartographie) Fractionnement en unités de champ plus petit, d’une carte trop grande pour être éditée sur une seule feuille[1].
  5. (Cartographie) Fractionnement, en unités de champ défini, de tout ou partie de la surface terrestre, en vue de sa représentation cartographique[1].

SynonymesModifier

DérivésModifier

Apparentés étymologiquesModifier

TraductionsModifier

PrononciationModifier

Voir aussiModifier

RéférencesModifier

  1. a et b « Glossaire de cartographie », dans le Bulletin du Comité français de cartographie, mars-juin 1990, nos 123-124, Paris (2e édition), ouvrage placé sous licence CC BY-SA 4.0 et intégré au Wiktionnaire grâce à un don du Comité français de cartographie.