Voir aussi : deduit

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(Date à préciser) Du latin deductus, participe passé de deducere, faire sortir, le glissement de sens étant le même que pour divertir qui, au sens propre, signifie soustraire.

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
déduit déduits
\de.dɥi\

déduit \de.dɥi\ masculin

  1. (Désuet) Divertissement, activité de plaisir, occupation agréable.
  2. (Littéraire) Coït.
    • Cette fois ça y était, il les tenait. Ah ! la ficher dans les reins de Mablot et le clouer comme ça en plein déduit sur la femelle pâmée. Les embrocher raides tous les deux du même coup ! — (Louis Pergaud, La Vengeance du père Jourgeot, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
    • Ici la captivité du héros, surpris en plein déduit avec une jouvencelle qui ne le repoussait point, s’apparente à la situation d’Yvain. — (Gérard Chandès, Le Serpent, la Femme et l’Épée : Recherches sur l’imagination symbolique d’un romancier médiéval, Chrétien de Troyes, Rodopi, 1986, p. 53)

Forme de verbe Modifier

Voir la conjugaison du verbe déduire
Participe Présent
Passé (masculin singulier)
déduit
Indicatif Présent
il/elle/on déduit
Imparfait
Passé simple
Futur simple

déduit \de.dɥi\

  1. Participe passé masculin singulier de déduire.
  2. Troisième personne du singulier de l’indicatif présent de déduire.
    • Mais, déduit lentement le Martinot, je suis ferblantier, et chaudronnier. Je sais passer la main sur la tôle pour en sentir le nerf et savoir où taper pour la débeugner. Eh ben, j’vas essayer de te rebouter. — (Les Cahiers haut-marnais, 1979, n° 136 à 143, page 139)

PrononciationModifier

RéférencesModifier