FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

Du latin defunctus (« mort », « décédé », « défunt ») issu du verbe defungi (« accomplir »).

Adjectif Modifier

Singulier Pluriel
Masculin défunt
\de.fœ̃\

défunts
\de.fœ̃\
Féminin défunte
\de.fœ̃t\
défuntes
\de.fœ̃t\

défunt \de.fœ̃\ masculin

  1. Décédé ; mort ; feu.
    • Cet enfant est lord Fermain Clancharlie, fils légitime unique de lord Linnœus Clancharlie, baron Clancharlie et Hunkerville, marquis de Corleonc en Italie, pair du royaume d’Angleterre, défunt, et d’Ann Bradshaw, son épouse, défunte. — (Victor Hugo, L’Homme qui rit, 1869, édition 1907)
    • Le regard ankylosé par trop d’impérities, je cherchais un improbable mais tant espéré soutien au loin, partout et nulle part, peut-être vers le ciel où s'était machinalement orientée ma tête; ce ciel où avaient établi leurs pénates, mon défunt père et mes regrettées sœurs. — (Jean Richard Ndoumbe, Les douleurs de ma mère, Lulu.com, 2013)
  2. Feu. (Note : se place devant un nom pour indiquer que la personne est morte, invariable dans ce cas).
    • Chère enfant !... si défunt sa mère la voyait ne pas être ici la reine de la maison, elle en pleurerait dans son cercueil ! — (H. de Balzac, La marâtre, Éd. Michel Lévy, 1851)
    • — Barberin ! m’écriai-je.
      Défunt, c’est défunt Barberin qu’il faut dire.
      — (Hector Malot, Sans famille, 1878)
  3. (Figuré) Détruit.
    • Figure mélancolique, il méditait profondément devant le monceau de ferraille et de cendres qui représentait sa défunte motocyclette. — (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, page 64 de l’éd. de 1921)

SynonymesModifier

TraductionsModifier

→ voir feu

→ voir détruit

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
défunt défunts
\de.fœ̃\

défunt \de.fœ̃\ masculin (pour une femme on dit : défunte)

  1. Personne décédée.
    • Advienne que pourra, il doit l’assister auprès du défunt, jusqu’à la mise en fosse et monter avec elle la garde funèbre, […]. — (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958)
    • Les enfants du défunt, de la défunte.

TraductionsModifier

PrononciationModifier