dégoulinure

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

De dégouliner, avec le suffixe -ure.

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
dégoulinure dégoulinures
\de.gu.li.nyʁ\

dégoulinure \de.ɡu.li.nyʁ\ féminin

  1. Résidu de substance qui a coulé.
    • La buée fait des dégoulinures qui entraînent la peinture par rigoles, par plaques, par pans. — (Jean Meckert, « Comment diable vivent-lls ? » in Essor, Paris, 1946)
    • Les nonnes fertiles lui offrent, aux périodes lunaires, une goutte symbolique de leur dégoulinure. — (Jean Basile, Le piano-trompette: roman, 1983, page 262)
    • Que ce soit chez Pollock ou chez Malévitch, il s'agit toujours, d'une manière ou d'une autre, d'une forme d'irreprésentable (la dégoulinure, la tache, […]. — (Jean Mottet, Les paysages du cinéma, 1999, page 38)
    • On s’y décide parce qu’il fait beau. On s’étonne de cette qualité de la lumière dès l’aurore, mais il faut s’y résigner : elle révèle impitoyablement les longues dégoulinures poussiéreuses sur les vitres. Vivait-on à ce point dans une prison opaque ? — (Philippe Delerm, L’extase du selfie – Faire les carreaux, Seuil, 2019, page 53)

SynonymesModifier

TraductionsModifier

PrononciationModifier