Voir aussi : dehiscence

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(Siècle à préciser) Du latin dehiscens, participe présent de dehiscere (« s'entrouvrir »), avec le préfixe dé-, du verbe hiscere (« s’ouvrir », « ouvrir la bouche (pour parler) », (Par extension) « dire, raconter »).

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
déhiscence déhiscences
\de.ʔi.sɑ̃s\
ou \de.is.sɑ̃s\

déhiscence \de.ʔi.sɑ̃s\ ou \de.is.sɑ̃s\ féminin

  1. (Médecine) Ouverture et destruction de la zone pélucide qui permet la libération du blastocyte dans l’utérus et sa fixation à l’endomètre.
  2. (Botanique) Ouverture qui se produit dans un organe clos le long de la suture d’union de ses parties distinctes.
    • C’est l’époque de la déhiscence, le fruit s’ouvre et les graines sautent. — (Duhamel)
  3. (En particulier) Ouverture spontanée des anthères pour laisser sortir le pollen, ou du péricarpe pour laisser échapper les graines, les semences.
    • Déhiscence de l’anthère d’une étamine.
  4. (Par extension) Dissémination des membres d’une communauté.
    • À la fin de ces études, il fallait affronter le brevet supérieur, dont les résultats prouvaient que la « promotion » était parvenue à maturité.
      Alors, par une sorte de déhiscence, la bonne graine était projetée aux quatre coins du département, pour y lutter contre l'ignorance, glorifier la République, et garder le chapeau sur la tête au passage des processions.
      — (Marcel Pagnol, La gloire de mon père, 1957, collection Le Livre de Poche, page 27.)

AntonymesModifier

Apparentés étymologiquesModifier

TraductionsModifier

Voir aussiModifier

RéférencesModifier