déjeuner

Voir aussi : déjeûner

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(fin XIIe siècle) De desjeûner, de des-, dé-, préfixe qui indique l’arrêt et jeûne. Littéralement, « arrêter le jeûne », du latin disjejunare, disjunare (« briser le jeûne »). Cette étymologie s’apparente à l’espagnol desayunar « prendre son petit-déjeuner » formé de ayunar « jeûner » et du préfixe signifiant l'action contraire « des- ». Elle est aussi comparable à l’anglais breakfast signifiant littéralement « rompre le jeûne ».
Évolution du mot : disjejunare (latin) > *disjunare (latin) > (attesté en 1606) desjuner[1] > (1694) desjeuner[2] > déjeûner > (1798) déjeuner[3].
Note :
  • Au XIXe siècle, on écrit indifféremment « déjeuner » ou « déjeuné »[4] ; cette dernière graphie n’est plus utilisée au XXe siècle.
  • Le déjeuner est à l’origine le premier repas de la journée, celui qui se prend au lever ou qui rompt le jeûne. À partir du XIXe siècle, l’appellation « petit déjeuner » a supplanté celle de « déjeuner » dans certaines régions, spécialement en France.
  • Le verbe latin disjejunare a aussi évolué phonétiquement pour former le verbe « dîner ».

Verbe Modifier

 
Enfants qui déjeunent.

déjeuner \de.ʒœ.ne\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. (Belgique), (Canada), (Suisse), (Occitanie) Prendre le repas du matin.
    • On fait, en Suisse, ordinairement trois repas : le matin, on déjeune au miel et au café; vers midi, on lunche, et le soir, on dîne ou soupe à la table d’hôte ou isolément. — (Guide Conty, La Suisse circulaire, 8e édition, 1894, page 25)
    • À sept heures vingt-huit, je suis dans la rue. Je n’ai encore jamais eu le temps de déjeuner ni de me laver, bien entendu. — (Roger Martin du Gard, Les Thibault, La belle saison)
  2. (France) Prendre le déjeuner ; prendre le repas du midi.
    • […] nous remontons au sommet du Hohneck par un sentier à nombreux zigzags, et bientôt toute la société réunie s’entasse pour déjeuner dans le restaurant en planches établi près de la table d’orientation du Club alpin. — (Bulletin de la Société d’histoire naturelle des Ardennes, volume 14–18, 1907, page 56)
    • Il est onze heures, allons, nous déjeunerons à Rosières, un nom affriolant ! — (Gustave Fraipont, Les Vosges, 1923)

Variantes orthographiquesModifier

DérivésModifier

Apparentés étymologiquesModifier

TraductionsModifier

Traductions à trierModifier

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
déjeuner déjeuners
\de.ʒœ.ne\

déjeuner \de.ʒœ.ne\ masculin

  1. (France) Repas de midi. (Vieilli) Repas du matin.
    • Elle décidait de l’entrée au logis et de la mort des cochons, frondait le jardinier, arrêtait le menu du déjeuner et du dîner, allait de la cave au grenier, du grenier dans la cave, en y balayant tout à sa fantaisie sans rien trouver qui lui résistât. — (Honoré de Balzac, Le Médecin de campagne, 1833, édition de 1845, chapitre premier)
    • À midi, elle lisait déjà, le grand déjeuner finissant à onze heures. — (Colette, La maison de Claudine, Hachette, 1922, coll. Livre de Poche, 1960, page 66)
  2. (Belgique, Canada, Suisse & nombreuses régions françaises) Repas du matin.
    • J’ai souvenir encore d’une vieille maison
      Que l’on se partageait chacun à sa façon
      Un logement bien chauffé, on a si bien gelé
      Les rats dans l’escalier prenaient leur déjeuner.
      — (Claude Dubois, chanson J’ai souvenir encore, album Claude Dubois, 1966)
  3. Pièce de vaisselle de la forme d'une tasse, mais d'un contenance très supérieure, utilisée le matin lors du petit déjeuner. [Note : le déjeuner est un peu moins haut et plus large que le mug.]
    • Un déjeuner en porcelaine de Sèvres, pâle tendre, ancien décor à bandes bleues alternées de bouquets de fleurs, 285 fr. — (J.A. Dréolle, Drouot in L'Artiste, 1857)

DérivésModifier

Vocabulaire apparenté par le sensModifier

Repas dans l’ordre chronologique

TraductionsModifier

Traductions à trierModifier

PrononciationModifier

Voir aussiModifier

  • déjeuner sur l’encyclopédie Wikipédia  

RéférencesModifier

  1. Jean Nicot, Dictionaire francois latin ou Thresor de la langue francoyse, 1606
  2. Dictionnaire de l’Académie française, 1re édition, 1694
  3. Dictionnaire de l’Académie française, 5e édition
  4. Pierre Larousse, Grand Dictionnaire universel du XIXe siècle, 1874