délabrement

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

 Dérivé de délabrer avec le suffixe -ment.

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
délabrement délabrements
\de.la.bʁə.mɑ̃\

délabrement \de.la.bʁə.mɑ̃\ masculin

  1. Action de ce qui se délabre.
    • Elle se sent déjà engloutie dans le délabrement d'une caravane qui, à chaque kilomètre, se détraquera un peu plus. — (Antoine de Saint-Exupéry, Pilote de guerre, XVI, 1942)
    • (Figuré) Savourer encore quarante pages de Mustang, c’est un meilleur rapport qualité-prix que pour tant d’œuvres littéraires qu’on se doit de lire sous peine de délabrement intellectuel. — (Philippe Delerm, Dickens, barbe à papa, Gallimard, collection Folio, 2005, page 26)
    • (Figuré) Le délabrement de ses affaires.
    • (Figuré) Le délabrement de sa santé.
  2. État de ce qui est délabré.
    • La tuberculose, la sous-alimentation décimaient ces victimes de la guerre et elles nous arrivaient dans un état de délabrement, de dénuement total. — (Bachaga Boualam, Les Harkis au service de la France, p. 90, France-Empire, 1963)
    • D'autres seront déportés pour fait de résistance : Benoît Jean, Bombardier Gabriel, Vouaux Jean. Souvent, dans un état de délabrement physique à leur retour, ils retrouveront leur village meurtri, par l’occupation et les luttes qui y eurent lieu. — (Jean Laurain, Brû, l'histoire de mon village, Remiremont : chez G. Louis, 1997)

Apparentés étymologiquesModifier

TraductionsModifier

PrononciationModifier

RéférencesModifier