déliable

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(1606) Dérivé de délier avec le suffixe -able.

Adjectif Modifier

Singulier Pluriel
Masculin
et féminin
déliable déliables
\de.li.jabl\
ou \de.ljabl\

déliable \de.li.jabl\ ou \de.ljabl\ masculin et féminin identiques

  1. Qui peut être délié.
    • De mesme en ce lien qui n’est point déliable,
      Afin que le mary se rende mieux sortable
      Au reciproque endroit de son autre moitié,
      Et qu’ils vivent toujours en feale amitié,
      La femme doit ourdir chose pour lui complaire
      Et reciproquement envers elle il doit faire.
      — (Nicolas Soret, La Ceciliade, ou le Martyre sanglant de saincte Cecile, patrone des musiciens, Pierre Rezé, Paris, 1606, page 20)
    • D’abord, parce que les femmes demeurent plutôt discrètes sur leurs rapports avec leurs maris. S’il s’agit en plus de cerner les contraintes apportées par ces derniers, leurs lèvres sont difficilement déliables. — (Hélène Bouchard, Commerçantes de Kinshasa pour survivre, L'Harmattan, 2002, page 12)
    • Il s’agit, à travers la proclamation universaliste de sa formation, de rien moins que d’une nouvelle définition de la manière que les hommes du XVIIIe siècle doivent maintenant avoir de vivre ensemble, dans le cadre contractuel (donc déliable car fondé sur l’existence d’un consensus interne et non d’une attribution divine) du gouvernement des hommes, par les hommes et pour les hommes. — (Jean Kempf, Une histoire culturelle des États-Unis, Armand Colin, 2015)

TraductionsModifier

AnagrammesModifier