délicatesse

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(Siècle à préciser) Dérivé de délicat, avec le suffixe -esse.

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
délicatesse délicatesses
\de.li.ka.tɛs\

délicatesse \de.li.ka.tɛs\ féminin

  1. Qualité de ce qui est délicat.
    • Ce qui me frappa surtout, c'est la transparence bleutée de l'air, l'extrême délicatesse de tons que prenait le ciel au-dessus des eaux du lagon. — (Alain Gerbault, À la poursuite du soleil; tome 1 : De New-York à Tahiti, 1929)
    • La délicatesse des traits, des contours.
    • Des tissus d’une extrême délicatesse.
  2. (Par extension) Adresse, légèreté, soin.
    • Marguerite, d’une aiguille d’or à la pointe arrondie, sondait les plaies avec toute la délicatesse et l’habileté que maître Ambroise Paré eût pu déployer en pareille circonstance. — (Alexandre Dumas, La Reine Margot, 1845, volume I, chapitre X)
    • Il composa son rôle avec un art exquis ; il attendit sans sourciller les difficultés et les délicatesses de la situation qu’il avait acceptée. — (Émile Zola, La Curée, 1871)
    • Ils se contentaient donc de ménager la chèvre républicaine et le chou réactionnaire avec une délicatesse, un doigté qu’eût pu leur envier tel politicien de plus grande envergure ; député, sénateur, voire sous-secrétaire d’État ou ministre. — (Louis Pergaud, Deux Électeurs sérieux, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
  3. (Sens figuré) Ménagement, circonspection.
    • Dans le passé, des présidents ont dû quitter leur trône parce qu'ils étaient en délicatesse avec le chef du gouvernement. Michel Bissonnet, par exemple. — (Antoine Robitaille, À Québec, les élus devront «prêter serment» à Nathalie Roy, Le Journal de Québec, 29 novembre 2022)
    • C’est une affaire qui doit être traitée avec beaucoup de délicatesse.
  4. Qualité de ce qui est agréable au goût.
    • Il y eut des plats à ravir la pensée !… des nouilles d’une délicatesse inédite, une féra de Genève à la vraie sauce genevoise, et une crème pour plum-pudding à étonner le fameux docteur qui l’a, dit-on, inventée à Londres. — (Honoré de Balzac, Le Cousin Pons, 1847)
  5. (Sens figuré) Sensibilité, aptitude à juger finement de ce qui regarde les sens ou l’esprit.
    • Délicatesse de goût, de tact.
    • Délicatesse de jugement, d’esprit.
  6. (Sens figuré) Ce qui est senti, pensé, fait ou exprimé d’une manière délicate.
    • J'étais alors d'une candeur stupéfiante et d'une délicatesse de sentiment si raffinée que, pour recevoir galamment une « femme mariée » qui me venait voir, j'avais allumé toutes les bougies de mes deux candélabres. — (Francis Carco, Maman Petitdoigt, La Revue de Paris, 1920)
    • La délicatesse d’une pensée, d’un sentiment.
    • Des attentions pleines de délicatesse.
    • Il y a beaucoup de délicatesse dans ce qu’il écrit, dans tout ce qu’il dit.
    • Les délicatesses du langage, du style, Les finesses du langage, du style.
  7. Faiblesse, débilité.
    • La délicatesse de son tempérament, de sa santé ne lui permet pas de travailler longtemps de suite.
    • Vers cette époque Amédée prit son premier rhume ; rhume qui malgré l’amène climat de Pau ne céda point de tout l’hiver, et laissa derrière lui une fâcheuse délicatesse du côté des bronches. — (André Gide, Les Caves du Vatican, 1914)
  8. Mollesse.
    • Cet enfant est élevé avec trop de délicatesse.
    • Il ne faut pas s’accoutumer à tant de délicatesse.
  9. Susceptibilité, facilité à s’offenser, à se choquer.
    • – Avez-vous des scrupules d’éducation, des délicatesses de conscience, des préjugés d’honnêteté ? — (Octave Mirbeau, Contes et nouvelles – Gavinard, réédition Arcadia, 2002, page 75)
    • Avoir une extrême délicatesse sur le point d’honneur.
    • On ne saurait avoir trop de délicatesse sur de certaines choses.
    • Être en délicatesse avec quelqu’un, se dit en parlant de deux personnes piquées l’une contre l’autre et qui se témoignent de la réserve et de la froideur.
  10. Scrupules sur ce qui touche à la probité, à la morale, aux bienséances.
    • Lui non plus n'aurait pas voulu choquer Jim par son manque de délicatesse, mais sa nature brutale subitement l'emportait. — (Francis Carco, L’Homme de minuit, Éditions Albin Michel, Paris, 1938)
    • J'ai un faible pour la délicatesse ! La preuve ? Vous ne me verrez jamais me moucher dans les rideaux de votre salon. — (Frédéric Dard, San Antonio : Du mouron à se faire, Fleuve noir, 1955)

TraductionsModifier

PrononciationModifier

AnagrammesModifier

Modifier la liste d’anagrammes

RéférencesModifier