dépressif

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(XVIe siècle) Sens 1.
(XXe siècle) Sens 2. qui se disait auparavant mélancolique.
Dérivé de dépression.

Adjectif Modifier

Singulier Pluriel
Masculin dépressif
\de.pʁɛ.sif\

dépressifs
\de.pʁɛ.sif\
Féminin dépressive
\de.pʁɛ.siv\
dépressives
\de.pʁɛ.siv\

dépressif \de.pʁɛ.sif\ masculin

  1. Qui affaiblit, qui abat.
  2. (Psychologie) Qui présente les caractères de la dépression.
    • Le premier jour de cours notre professoresse, une Siennoise blonde d'une trentaine d'années, douce et au regard fuyant, un peu trop pressée, peut-être un rien dépressive, commença par nous demander de nous présenter en disant notre prénom, d'où nous venions et ce que nous avions pris ce matin-là pour le petit déjeuner. — (Santiago Amigorena, Les premières Fois, POL Éditeur, 2016)

ComposésModifier

Apparentés étymologiquesModifier

TraductionsModifier

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
dépressif dépressifs
\de.pʁɛ.sif\

dépressif \de.pʁɛ.sif\ masculin (pour une femme on dit : dépressive)

  1. Celui qui est atteint d’un état dépressif.
    • Un dépressif a une représentation négative de lui-même, du monde, de son avenir. — (Bernard Croisile, Tout sur la mémoire, éditeur Odile Jacob, 2009)
    • Mais, si ce critère rorschachien est intéressant pour alerter le praticien qui travaille avec un dépressif sur un éventuel risque suicidaire pour son patient, il ne saurait servir de mesure d’un suicide à venir. — (Claude Wacjman, Dispositifs cliniques et changements culturels, éditions L’Harmattan, 2006)
    • Les dépressifs qui souhaitent s’isoler, passer quelques mois dans les bois pour « faire le point avec eux-mêmes », ça ne doit pas manquer ; mais des gens qui acceptent sans sourciller de se couper d’Internet pour un temps indéfini, c’est qu’ils filent un bien mauvais coton. — (Michel Houellebecq, Sérotonine, Flammarion, 2019, pages 276-277.)

TraductionsModifier

PrononciationModifier