Étymologie

modifier
Dérivé de déshydrater, avec le suffixe -ation.

Nom commun

modifier
Singulier Pluriel
déshydratation déshydratations
\de.zi.dʁa.ta.sjɔ̃\

déshydratation \de.zi.dʁa.ta.sjɔ̃\ féminin

  1. Fait d’enlever l’eau.
  2. (Chimie) Décomposition d’un composé chimique qui conduit à l’élimination de molécule d’eau.
    • La déshydratation de la gœthite par chauffage conduit à l’hématite selon la réaction : 2 FeOOH → Fe2O3 + H2O. — (Christian Amalore, Anne Bouquillon, Rose Agnès Jacquesy, La Chimie et l'art: Le génie au service de l'homme, 2010, page 139)
    • [Il faut se souvenir que] la déshydratation de l’éthanol a été la source de la plus grande partie de l’éthylène produit dans la première partie du XXe siècle…  — (Nieddu, Martino, Estelle Garnier, et Christophe Bliard. « Patrimoines productifs collectifs versus exploration/exploitation. Le cas de la bioraffinerie », Revue économique, vol. 65, no. 6, 2014, pp. 957-987.)
    • Le sulfate de chaux intervient en proportion plus importante, et uniquement sous forme d’anhydride, dans la fabrication des ciments sursulfatés. Il s’agit alors d’anhydride obtenu artificiellement par déshydratation de gypse. — (« L'industrie cimentière en Belgique », Courrier hebdomadaire du CRISP, vol. 222, no. 42, 1963, pp. 1-23.)
  3. (Industrie alimentaire) Procédé de séchage en vue de conserver un aliment.
    • La viande peut être séchée à l’air ou au soleil, ou fumée. La déshydratation freine le développement des bactéries et permet une conservation sur plusieurs années. — (Marie-Cécile Soulier et Sandrine Costamagno, « Le stockage alimentaire chez les chasseurs-cueilleurs paléolithiques », Techniques & Culture [En ligne], 69 ; 2018, mis en ligne le 17 mai 2020, consulté le 20 décembre 2023. DOI : https://doi.org/10.4000/tc.8810)
    • Pour améliorer la conservation des aliments, il suffit d’abaisser Aw [activité de l’eau] soit par séchage ou déshydratation, soit en rajoutant des produits qui se lient bien à l’eau (sel ou sucre), soit par congélation. — (Chaussade, Jean-Louis, et Maryvonne Pellay. « Qualité de l'eau », Jean-Louis Chaussade éd., Les 100 mots de l’eau. Presses Universitaires de France, 2012, pp. 56-77.)
  4. (Biologie, Médecine) Perte plus ou moins importante en eau de l’organisme.
    • Boire et ne plus pisser sont les deux réponses de l'organisme à la déshydratation intracellulaire, ripostes qui mettent en jeu un désir et une hormone. — (Jean-Didier Vincent, Biologie des passions, 1986)
    • Car, à l’intérieur, tout se disloque : brachycardie, déshydratation, lésions du foie et des reins, hémorragies du tube digestif, dépression nerveuse et défaillance cardiaque, il faudra cinq ou six jours pour consommer l’irréparable, au milieu de hoquets, de paralysie et de spasmes. — (Alain Demouzon, Mes crimes imparfaits, 1978)
    • Les prises de sang peuvent révéler une anémie, une polyglobulie, une déshydratation, une hyponatrémie, une cause métabolique. — (Monfort, Jean-Claude. « Les épisodes confusionnels des personnes âgées », Jean-Claude Monfort éd., La psychogériatrie. Presses Universitaires de France, 2011, pp. 66-80.)
    • Les effets diurétiques de l’alcool vont contrecarrer le principal mécanisme adaptatif de l’organisme qui est la libération de vasopressine. L’alcool contenu dans la boisson contribuera donc à entretenir l’état de déshydratation plutôt qu’à le réduire. — (Quertemont, Étienne. « 3. Une bière, ça désaltère mieux que de l’eau ? », Vincent Seutin éd., L’alcool en questions. 41 réponses pour démêler le vrai du faux. Mardaga, 2020, pp. 26-27.)
    • Il faut lutter avant tout contre la déshydratation en faisant boire le patient : eau, tisane, bouillon de légumes (mais l’hyperhydratation peut être nocive). — (Godfryd, Michel. « Les syndromes confusionnels », Michel Godfryd éd., Les maladies mentales de l’adulte. Presses Universitaires de France, 2014, pp. 108-116.)
    • Il s’agit de faire face à la bobologie courante, mais également aux malaises et déshydratations potentielles liées aux fortes chaleurs qui auront lieu pendant l’intégralité du festival. — (journal Sud-Ouest, édition Charente-Maritime / Charente, 16 juillet 2022, page 13)
    • En condition de stress (déshydratation ou tige coupée), les plantes produisent entre 30 et 50 clics par heure, alors qu’elles sont presque silencieuses en conditions favorables. — (Bellin, Isabelle. « Les plantes ne souffrent pas en silence », Pour la Science, vol. 548, no. 6, 2023, pp. 8-8.)

Synonymes

modifier

Antonymes

modifier

Hyperonymes

modifier

Vocabulaire apparenté par le sens

modifier

Traductions

modifier

Prononciation

modifier

Homophones

modifier

Références

modifier