détonation

Voir aussi : Detonation, detonation

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

Déverbal de détoner, avec le suffixe -ation.

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
détonation détonations
\de.tɔ.na.sjɔ̃\

détonation \de.tɔ.na.sjɔ̃\ féminin

  1. Explosion violente et subite accompagnée de bruit, telle que celle de la poudre à canon.
    • Il épaula d'un air délibéré, un éclair jaillit, la forêt répercuta sourdement la détonation. L'aigle battit des ailes, un instant il parut encore soulevé par l'air, puis il tomba lourdement comme une pierre. — (Chevalier Léopold de Sacher-Masoch; Le Legs de Caïn (Contes Galiciens), traduction anonyme de 1874)
    • Des détonations retentissaient incessamment, comparables aux décharges continues d'une formidable artillerie. — (Jules Verne, Le Pays des fourrures, J. Hetzel et Cie, Paris, 1873)
    • Je chassais dans la montagne lorsque j'entendis des détonations irrégulières et continues; je compris qu'il s'agissait de quelque attaque à main armée, […]. — (Alexandre Dumas, Les Mille et Un Fantômes)
    • Et il ajusta le chien, le pauvre chien, le lamentable chien qui avait délaissé son os, […] ; les femmes se bouchaient les oreilles pour ne pas entendre la détonation ; […]. — (Octave Mirbeau, « La Mort du chien » dans Lettres de ma chaumière, 1886)
    • Une assourdissante détonation partit du zénith, et l’aéronat décrivit une terrible embardée. — (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, page 249 de l’édition de 1921)
    • Un adolescent est retiré de la file. Juste avant qu'une forte détonation venue d'une tour militaire l’envoie bouler sur l’asphalte, la tête broyée par une balle de mitrailleuse. — (Calixte Baniafouna, Devoir de mémoire, page 160, L'Harmattan, 2001)

TraductionsModifier

Vocabulaire apparenté par le sensModifier

PrononciationModifier

HomophonesModifier

Voir aussiModifier

RéférencesModifier