Ouvrir le menu principal

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

Du latin devastare (sens identique).

Verbe Modifier

dévaster transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Ruiner ; ravager ; piller ; détruire ; faire périr.
    • Chaque matin, un détachement de soldats précède la colonne pour protéger les douars des velléités pillardes de leurs camarades. Ordre a été donné de ne plus dévaster les champs. — (Frédéric Weisgerber, Trois mois de campagne au Maroc : étude géographique de la région parcourue, Paris : Ernest Leroux, 1904, p. 152)
    • On la dévasta, comme, au siècle précédent, on avait bombardé d’immenses agglomérations barbares, et parce qu’elle était à la fois trop forte pour être occupée par le vainqueur et trop indisciplinée, trop orgueilleuse pour se rendre dans le but d’échapper à la destruction. — (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, p. 242 de l’éd. de 1921)
    • Raclant, ravageant, dévastant la côte ouest de l'Ile, le cyclone roula vers la mer Polaire, mettant à mal bateaux, engins de pêche, quais, maisons, bétail, récoltes. — (José Gers, Sur la mort du Pourquoi pas ?, France libre, vol. 6, 1936)
    • Le fait est que, bon an, mal an, Garrote avait eu le temps de parcourir sur les galères du roi la côte de Barbarie et les îles d'Orient, dévastant les terres des infidèles, pillant leurs caramousals et leurs navires de guerre. — (Arturo Pérez-Reverte, Les Aventures du Capitaine Alatriste, vol.3 : Le Soleil de Breda, Seuil, 2013, chap.7)
  2. (Figuré) Détruire.
    • Un cœur dévasté par les passions.
    • « C’est là que je me suis trouvée bonne actrice… me dit Claire au soir de sa première rencontre avec les psychologues-experts, j’ai fait la fille dévastée anéantie, je crois que j’ai vraiment réussi à cacher ma joie. » — (Michel Houellebecq, Sérotonine, Flammarion, 2019, page 106.)

Apparentés étymologiquesModifier

TraductionsModifier

PrononciationModifier

RéférencesModifier