Voir aussi : d’arrachepied

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(XVIe siècle) Avait originellement le sens de « immédiatement ». Elle vient peut être du fait qu’il fallait alors tout de suite bouger, « arracher » ses pieds du sol  [1]. Elle prit par la suite, au XVIIIe siècle, le sens actuel de « sans relâche ». Ce décalage de sens n’est pas expliqué.
Il existe une autre hypothèse où cette locution proviendrait de l’image qu’il faille fournir un effort soutenu, comme celui d’un homme qui « arrache un pied d’arbre ». Cette explication ne permet néanmoins pas d’expliquer le sens original.

Locution adverbiale Modifier

Invariable
d’arrache-pied
\da.ʁaʃ pje\

d’arrache-pied \d‿a.ʁaʃ pje\

  1. Sans arrêt ; sans discontinuer ; en fournissant un effort long et intense.
    • Il a travaillé d’arrache-pied à une traduction latine du Nouveau Testament […], ce qui l’a conduit à rompre le fer avec un traducteur concurrent, Sébastien Castellion […]. — (Revue d’histoire ecclésiastique : vol. 103, nº 1, Université catholique de Louvain, 2008, p. 224)
    • Pendant cette année 1912 je travaillais d’arrache-pied. Nous étions en mars et le certificat d'étude était pour la mi-juin. Il s'agissait de tout mettre en œuvre pour ne pas recommencer l'année prochaine. Déjà nous savions que nous étions 11 à affronter cet examen. — (Joseph Ligneau, Comment j'ai passé le certificat d'études 1912, édité par Didier H Touchet, Tampa Florida L.L.C., 2016, p. 67)
    • Rien dans ses agissements, ses relations, n'était douteux. Plusieurs heures durant, vingt limiers du Bureau Central avaient travaillé d'arrache-pied sur cette matière, cherchant la faille par où pourrait s'insinuer le soupçon. Pour aboutir à délivrer vingt certificats de bonne vie et mœurs... — (Léo Malet, Johnny Metal et le dé de jade, Paris : G. Ventillard, 1947 & Paris : Fleuve Noir, 1984, chap. 17)

Variantes orthographiquesModifier

TraductionsModifier

Voir aussiModifier

RéférencesModifier