damnation

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(Date à préciser) Du latin damnatio.

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
damnation damnations
\dɑ.na.sjɔ̃\
ou \da.na.sjɔ̃\

damnation \dɑ.na.sjɔ̃\ ou \da.na.sjɔ̃\ féminin

  1. Action de damner, de se damner.
    • La damnation pour une source
      Où coule des grains de velours
      Dans ta main et puis dans ta bourse
      Comme une monnaie au long cours…
      — (Léo Ferré, La Damnation)
    • Je n’ai ni le génie, ni la magnifique position de lord Byron ; je n’ai pas surtout l’auréole de sa damnation postiche. — (Honoré de Balzac, Modeste Mignon, 1844)
  2. Punition des damnés ; sentence qui conduit à l’enfer.
    • Il lui commande premièrement de ne pas lui répondre, de ne pas l’approcher, de ne plus même le regarder, et qu’elle eût à suivre, sous peine de damnation, tous ses ordres qui étaient irrévocables. — (Gustave Flaubert, Trois Contes : La Légende de Saint Julien l’Hospitalier, 1877)
    • Bossuet souligne l’inconséquence et l’incompétence de la sagesse divine : en effet, au lieu d’abolir l’inégalité entre les riches et les pauvres, le dieu de Bossuet ne réussit qu’à l’inverser au détriment des riches, puisqu’ils risquent la damnation éternelle alors que les pauvres ne sont condamnés qu’à la misère terrestre. — (Résumé de Un plan social bien mal conçu de René Pommier in « Raison présente », 1999, no 129)

AntonymesModifier

Action de se damner

Apparentés étymologiquesModifier

TraductionsModifier

Traductions à trierModifier

Interjection Modifier

damnation

  1. Pour marquer la colère, la douleur, l'impatience, la surprise, etc.

VariantesModifier

PrononciationModifier

RéférencesModifier

AnglaisModifier

ÉtymologieModifier

(Date à préciser) Du latin damnatio.

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
damnation
\dæm.ˈneɪ.ʃən\
damnations
\dæm.ˈneɪ.ʃənz\

damnation \dæm.ˈneɪ.ʃən\

  1. Damnation (voir définition ci-dessus).