FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

Dénominal de dard.

Verbe Modifier

darder \daʁ.de\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Lancer une arme, ou un dard.
    • Darder un trait, une flèche.
    • L’abeille darde son aiguillon.
    • Darder une baleine.
    1. (Poétique) Se dit des rayons et des flammes lancés comme des dards, en parlant du soleil.
      • Le couchant dardait ses rayons suprêmes — (Paul Verlaine)
      • Le temps était admirable ; c’était vers le milieu du mois d’août. Les oiseaux familiers s’étaient enfuis des arbres et chantaient sur les toitures où le soleil dardait. — (Eugène Fromentin, Dominique, L. Hachette et Cie, 1863, réédition Gründ, page 113)
      • Le soleil qui quelques minutes avant était rouge cramoisi, était devenu d'un jaune vif, et les rayons d'or qu'il dardait étaient si flamboyants que l'œil en était ébloui. — (Jules Leclercq, La Terre de glace, Féroë, Islande, les geysers, le mont Hékla, Paris : E. Plon & Cie, 1883, page 68)
      • Des rayons d’or, dardés au bord des rideaux, éclairaient le panier de fraises posé sur la table près d’un flacon de vin d’Asti. — (Anatole France, Le Lys rouge, 1894, réédition Le Livre de Poche, page 260)
      • La chasse est une communion avec dame nature dès que l’aurore darde ses rayons d’argent à travers les écharpes de brume. — (Les Inconnus, Les chasseurs, 1991)
  2. (Par extension) Lancer.
    • Louis XIII allait se retourner tout fier, quand, à ce moment, dans un encadrement de porte, ses yeux tombèrent sur une figure livide qui dardait vers lui un regard mortel. — (Michel Zévaco, Le Capitan, 1906, Arthème Fayard, coll. « Le Livre populaire » no 31, 1907)
  3. (Figuré) Envoyer.
    • Pourtant, une fois, en province, il en trouva un qu’il dardait vainement de son argumentation la plus tenace depuis trois quarts d’heure : le premier du deuxième banc, le septième juré. — (Gustave Le Bon, Psychologie des foules, Alcan, 1895, livre III)

TraductionsModifier

PrononciationModifier

RéférencesModifier