de bonne guerre

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(Date à préciser) Composé de de, bonne et guerre.

Locution adjectivale Modifier

de bonne guerre \də bɔn ɡɛʁ\ invariable

  1. Conforme aux lois et aux usages de la guerre.
    • La zizanie semée entre des ennemis coalisés et supérieurs en forces, est de bonne guerre. Le maréchal de Maillebois n'avait rien négligé en 1745 pour diviser ainsi les Autrichiens et les Piémontais. — (Joseph Henri Costa de Beauregard, Mélanges tirés d'un Portefeuille militaire, tome 2, Turin : chez Pierre Joseph Pic, 1817, p. 27)
  2. (Figuré) Qualifie une action ou un procédé qu’on reconnaît être habile de la part d’un adversaire, et qu’on estime néanmoins légitime.
    • Après un instant de réflexion, il avait ajouté :
      — L'ennemi, lui, ne s'en prive pas. Vous connaissez comme moi les horreurs dont ces gens sont coutumiers. […]. Mais naturellement, c'est de bonne guerre que de mettre sur le dos de l'adversaire ses propres forfaits, rituels ou non.
      — (Roger Ikor, Les Murmures de la guerre, Éditions Albin Michel, 1961)
    • Dans les deux cas, les rivaux planétaires ­revendiquent une première, chacune éveillant à juste titre admiration et émerveillement. C’est de bonne guerre médiatique ; il n’est pas une mission spatiale qui ne mette en exergue un élément inédit. — (Le Monde, Décrocher la Lune permet à la Chine d’exprimer ses ambitions géopolitiques, Le Monde. Mis en ligne le 8 janvier 2019)

TraductionsModifier

PrononciationModifier