de haute lutte

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

 Composé de haut et de lutte.

Locution adverbiale Modifier

de haute lutte \də ot lyt\ invariable

  1. En venant à bout d’une résistance par force ou par autorité.
    • La ferme Navarin, les buttes de Souain, du mont Muret, de Tahure et du Mesnil, les villages de Tahure, Ripont, Rouvroy, Cernay-en-Dormois, Servon-Melzicourt, organisés en points d'appui et opiniâtrement défendus par l'ennemi, ont été conquis de haute lutte dans la première journée de la bataille. — (L'Économiste français: journal hebdomadaire, publié par Paul Leroy-Beaulieu, tome 46, n° 2, Impr. Centrale des chemins de fer, 1918, page 425)
  2. (Sens figuré) En emportant quelque chose malgré toute opposition.
    • Signalons que le droit de visite s'acquiert de haute lutte. — (Pierre Moulier, Églises romanes de Haute-Auvergne, tome 3 : Région de Saint-Flour, illustré par ‎Pascale Moulier, Nonette : Éditions CRÉER, 2001, page 173)
    • Il sent que quelque chose ne va pas. Il a souvent le sentiment d’être un imposteur. Tout ce qu'il a obtenu — même de haute lutte — il est persuadé de ne pas l'avoir mérité. — (Benjamin Schoendorff, Faire face à la souffrance: Choisir la vie plutôt que la lutte avec la Thérapie d'Acceptation et d'Engagement, Editions Retz, 2009, page 23)
  3. (Sens figuré) En remportant après une rivalité où on a obtenu un avantage incontestable.
    • Andréa fouillait das sa coiffeuse. Elle l'avait trouvée dans une salle des ventes à Saumur et arrachée de haute lutte à une équipe de brocanteurs rapaces pour la somme de trois cent cinquante francs. — (Patrick Cauvin, Haute-Pierre, éditions Albin Michel, 1985)

TraductionsModifier

PrononciationModifier

RéférencesModifier