den-marcʼh

BretonModifier

ÉtymologieModifier

 Composé de den (« homme ») et de marcʼh (« cheval »), littéralement « homme-cheval ».

Nom commun Modifier

Mutation Singulier Pluriel
Non muté den-marcʼh tud-varcʼh
Adoucissante zen-marcʼh dud-varcʼh
Spirante inchangé zud-varcʼh
Durcissante ten-marcʼh inchangé

den-marcʼh \dẽnˈmarx\ masculin

  1. (Fantastique, Mythologie) Centaure.
    • Levr Rosemary Sutcliff a ziskouez deomp un Arzhur dieubet evit mat eus an truilhoù peuzromantel o deus pouezet ken pell war e zivkoaz, un den-marcʼh brientin o stourm en desped d’an dicʼhoanag ouzh lano an alouberion, ur cʼhadour o kemer war e chouk tonkadur meuriadoù dizunvan hag o tastum war laonenn e gleze kelt holl sklerijenn ur bed roman aet da anaon. — (Yann-Bêr Piriou, «SWORD AT SUNSET » by Rosemary SUTCLIFF, in Al Liamm, niv. 102, Genver-Cʼhwevrer 1964, p. 69)
      Le livre de Rosemary Sutcliff nous montre un Arthur entièrement libéré des haillons pseudo-romantiques qui ont pesé si longtemps sur ses épaules, un centaure noble luttant en dépit du désespoir contre le flux des envahisseurs, un guerrier prenant sur lui le destin de tribus désunies et recueillant sur la lame de son épée celte tout l’éclat d’un monde romain disparu.

RéférencesModifier

  • « den-marcʼh » dans François Vallée, Grand dictionnaire français-breton, Édition de l'Impression commerciale de Bretagne, Rennes, 1931-1933, 817 pages
  • « dén-marcʼh » dans Jean-François Le Gonidec, Dictionnaire français-breton, L. Prud’homme, Saint-Brieuc, 1847, 916 pages