deuxième bureau

FrançaisModifier

 

ÉtymologieModifier

En France le service de renseignements de l'armée faisait partie du deuxième Bureau de l'État-major général, c'est de là que vient ce nom.

Locution nominale Modifier

Singulier Pluriel
deuxième bureau deuxièmes bureaux
\dø.zjɛm by.ʁo\

deuxième bureau \dø.zjɛm by.ʁo\

  1. (France) (Désuet) (Au singulier) Ancienne dénomination des services secrets français
  2. (Congo-Brazzaville, Congo-Kinshasa) résidence d’une maîtresse, d’une amante, d’une favorite.
  3. (Congo-Brazzaville, Congo-Kinshasa) (Par extension) maîtresse, amante, partenaire sexuelle en dehors du mariage.
    • Pourtant Helena essaya tout d’abord d’échapper au sort peu enviable de « deuxième bureau », car on sait comment finissent les malheureuses concubines quand leur beauté se flétrit et que leurs maîtres s’en lassent : on leur construit dans un quartier éloigné ou, mieux encore, sur quelque colline d’une préfecture encore plus lointaine une misérable case où elles dépérissent, rongées d’amertume, entourées de leurs bâtards et du mépris de tous, réduites à vendre quelques bouteilles de Primus en place de leur corps décrépit. — (Scholastique Mukasonga, Le Malheur d’être belle, nouvelle du recueil L’Iguifou, 2010, p. 6-87)

TraductionsModifier

Voir aussiModifier