BretonModifier

ÉtymologieModifier

Du moyen breton diffenn[1], emprunté au latin defendere. Le sens d’« interdire » est lui emprunté au français[2].

Verbe Modifier

Mutation Infinitif
Non muté difenn
Adoucissante zifenn
Durcissante tifenn

difenn \ˈdi.fːɛn\ intransitif-transitif direct (voir la conjugaison), base verbale difenn- (pronominal : en em zifenn)

  1. Défendre, protéger.
    • Charlez Bleiz en deus poaniet epad e vue, hag en kreiz pep seurt trubuilhou, evit difenn e wir. — (Yann-Vari Perrot, Bue ar Zent, Morlaix, 1912, page 479)
      Charles de Blois a peiné toute sa vie, et au milieu de troubles de toutes sortes, pour défendre son droit.
  2. Défendre, interdire.
    • Kae prim d′an div gambr a zo difennet ouzit o digoriñ, hag a kavi eno tri levr ruz, daou en unan, unan en eben. — (Fañch an Uhel, Kontadennoù ar Bobl /5, Éditions Al Liamm, 1994, page 88)
      Va vite dans les deux chambres que l’on interdit d’ouvrir, et tu y trouveras trois livres rouges, deux dans l’une, un dans l’autre.

Variantes dialectalesModifier

DérivésModifier

Nom commun Modifier

Mutation Singulier Pluriel
Non muté difenn difennoù
Adoucissante zifenn zifennoù
Durcissante tifenn tifennoù

difenn \ˈdi.fːɛn\ masculin

  1. Défense, interdiction.
  2. Défense, protection.
  3. (Sport) Défense.
    • Goude e vo e Pacy, e Carquefou… e-lecʼh ma vo kavet ha dibabet gant ar SCO evit kreñvaat an difenn. — (Yann Kerivoas, Ur Breizhad er SCO in Ya !, niv. 574, 10 Even 2016, page 4)
      On le retrouve ensuite à Pacy, à Carquefou… où il sera repéré et choisi par le SCO pour renforcer la défense.

DérivésModifier

RéférencesModifier

  1. Jehan LagadeucCatholicon, Tréguier, 1499
  2. Victor Henry, Lexique étymologique des termes les plus usuels du breton moderne, J. Plihon et L. Hervé, Rennes, 1900, 378 pageslire sur wikisouce