diplomatique

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(1708)[1] Dérivé savant du latin diploma, diplomata avec le suffixe -ique. Le sens moderne de « relatif à la diplomatie » date de la fin du dix-huitième siècle.

Adjectif Modifier

Singulier Pluriel
Masculin
et féminin
diplomatique diplomatiques
\di.plɔ.ma.tik\

diplomatique \di.plɔ.ma.tik\ masculin et féminin identiques

  1. Relatif à la diplomatie.
    • Mais, vont dire nos modernes Fabius, nos pourris diplomatiques, il fallait avant tout gagner du temps, faire tomber l'entrain populaire, et, « laisser cuire la révolution dans son jus ». — (Émile Morice, La Grèce, telle que l'ont faite les Philhellènes et les Protocoles, dans Révélations et pamphlets, 1834)
    • M. le représentant diplomatique de France en Chine a obtenu du taotaï la défense d'exporter de Chine des cartons de graines de vers à soie qui ne porteraient pas le sceau consulaire. — (Sériciculture, dans Le Mémorial d'Aix, dimanche 24 janvier 1869, 33e année, n°4, p.1)
    • Sans doute, un accord se consacrera-t-il plus aisément par les voies diplomatiques normales que dans la hâte fiévreuse d’une conférence interalliée. — (Wladimir d’Ormesson, La Question de Tanger in « La Revue de Paris », 1922)
    • Il n'empêche, la situation est limpide, je suis en mauvaise posture pour une bonne cause. C'est une mauvaise posture franchement honorable pour un chef de mission diplomatique, puisque je suis critiqué pour avoir expliqué la ligne de mon institution sur le dossier des droits de l'homme. — (Marc Pierini, Télégrammes diplomatiques: Voyage au cœur de la politique extérieure de l'Europe, Éditions Actes Sud, 2010)
  2. Relatif aux diplômes, aux chartes.
    • Écriture diplomatique.
    • Édition diplomatique.
    • Science diplomatique.

DérivésModifier

TraductionsModifier

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
diplomatique diplomatiques
\di.plɔ.ma.tik\

diplomatique \di.plɔ.ma.tik\ féminin

  1. Science qui s’occupe des diplômes, des chartes authentiques.
    • La diplomatique est née d’une réaction de l’esprit critique au contact des documents d’archives représentés aux yeux des historiens du XVIIe siècle par les chartes médiévales. — (Georges Tessier, « Diplomatique » in L’Histoire et ses méthodes, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1961, p. 635)

TraductionsModifier

PrononciationModifier

RéférencesModifier