Ouvrir le menu principal

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

De l’anglais does (« baise »), forme de la troisième personne du présent simple de l’indicatif du verbe do (« faire, baiser »).

Nom commun Modifier

Singulier et pluriel
does
\dœz\

does \dœz\ féminin

  1. (Anglicisme) (Vulgaire) Fait d’avoir un rapport sexuel ; coït.
    • Moi ce que j’aime, c’est la does avec un grand D.

SynonymesModifier

Baise :

TraductionsModifier

→ voir baise

AnglaisModifier

Forme de verbe Modifier

Temps Forme
Infinitif to do
\du\
Présent simple,
3e pers. sing.
does
\dʌz\
Prétérit did
\dɪd\
Participe passé done
\dʌn\
Participe présent doing
\ˈdu.ɪŋ\
voir conjugaison anglaise
Auxiliaire
Temps Affirmatif Négatif
Présent do
\du\
don’t
\ˈdoʊnt\
Présent,
3e pers. sing.
does
\dʌz\
doesn’t
\ˈdʌz.n̩t\
Prétérit did
\dɪd\
didn’t
\ˈdɪd.n̩t\

does \ˈdʌz\ (accentué), \dəz\ (non accentué)

  1. Troisième personne du singulier de l’indicatif présent de do.

NotesModifier

Cette forme a une voyelle différente de do, et elle est l’une des quatre formes irrégulières de la troisième personne du singulier du présent. Les autres trois sont is, has et says.

Forme de nom commun Modifier

Singulier Pluriel
doe
\ˈdoʊ\
ou \ˈdəʊ\
does
\ˈdoʊz\
ou \ˈdəʊz\

does \ˈdoʊz\ (États-Unis), \ˈdəʊz\ (Royaume-Uni)

  1. Pluriel de doe.

PrononciationModifier

Verbe :


Nom :

AnagrammesModifier

BretonModifier

Forme de verbe Modifier

Mutation Forme
Non muté toes
Adoucissante does
Spirante zoes

does \ˈdoːɛs\

  1. Forme mutée de toes par adoucissement (t > d).

AnagrammesModifier

NéerlandaisModifier

ÉtymologieModifier

Étymologie manquante ou incomplète. Si vous la connaissez, vous pouvez l’ajouter en cliquant ici.

Nom commun Modifier

does

  1. Barbet.

SynonymesModifier

Taux de reconnaissanceModifier

En 2013, ce mot était reconnu par[1] :
  • 24,0 % des Flamands,
  • 45,1 % des Néerlandais.

PrononciationModifier

RéférencesModifier

  1. Marc Brysbaert, Emmanuel Keuleers, Paweł Mandera et Michael Stevens, Woordenkennis van Nederlanders en Vlamingen anno 2013: Resultaten van het Groot Nationaal Onderzoek Taal, Université de Gand, 15 décembre 2013, 1266 p. → [lire en ligne]