Ouvrir le menu principal

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(Nom 1) Étymologie discutée :
  1. (1225) En ancien français doelle (« partie creuse d'un outil dans laquelle est adapté le manche ») ; (Vers 1250) doile ; (Vers 1393) douille ; du gotique[1] *dulja (« douille »), apparenté à l’ancien haut allemand tulli (« douille où est ajustée la pointe d'une flèche, d'un épieu »), au moyen haut allemand tülle, « id. », à l’allemand[2] Tülle (« bec verseur, tuyau d'écoulement d'un récipient »).
  2. Du latin, ductile (« gouttière, conduite d’eau »), de ductilis (« facile à conduire ») ; An-douille a la même origine et vient du bas-latin in-ductile[2].
(Nom 2) (1827) Étymologie obscure[1] pour le sens premier de « argent » ;
  1. Déverbal de douiller (« avoir mal, payer ») aux sens de « paiement, raclée ».

Nom commun 1 Modifier

Singulier Pluriel
douille douilles
\duj\
 
Des douilles. (3)

douille \duj\ féminin

  1. Partie creuse et cylindrique d’une baïonnette, du fer d’une pique, d’une bêche, d’une installation électrique, etc., qui sert à l’adapter au canon du fusil, au bois, au manche, à l’ampoule, etc.
    • Vous allez donc engager le fer par la fente de cette muraille et peser jusqu'à ce que le bois soit rompu dans la douille. — (Pierre Louÿs, Les aventures du roi Pausole, 1901)
    • Les binages s’exécutent à l’aide de la binette, sorte de houe légère dont le fer, large de 0 m. 15 à 0 m. 20, fait un angle aigu avec la douille, dans laquelle se fixe un manche droit. — (P. Bussard, Cultures légumières, 1943)
  2. (En particulier) (Militaire) (Chasse) Enveloppe d’une cartouche dans les armes à feu qui se chargent par la culasse.
    • En possession d’une douille et de divers pistolets, il faudra avant tout établir laquelle des armes permet de tirer des douilles telles que celles soumises à l’examen et ensuite déterminer quelle est l’arme qui imprime les signes relevés sur la douille incriminée. — (Revue de criminologie et de police technique, Volumes 3 à 4, 1949)
    • Alors commença le remplissage des douilles, opération à laquelle mon père collabora : il enfonçait, sur la poudre, les bourres grasses cuisinées par l'oncle Jules. Puis ce fut le tour des plombs, puis d'une autre bourre, et cette dernière fut surmontée d'une rondelle de carton sur laquelle un gros chiffre noir indiquait la grosseur du plomb. — (Marcel Pagnol, La gloire de mon père, 1957, collection Le Livre de Poche, page 240-241.)
  3. (En particulier) (Électricité) Partie d’un luminaire dans lequel on introduit le culot d’une ampoule électrique.
  4. (En particulier) (Cuisine) Petit objet conique qui se fixe à l’extrémité d’une poche permettant de donner une forme spécifique à une préparation.
    • Emplissez de cette pâte à meringue une poche à douille munie d'une douille ronde et lisse. Poussez 12 disques de meringue de 10 cm de diamètre sur les tôles (6 par tôle) en laissant un peu plus de 1 cm entre chaque cercle. — (Patricia Wells, La France gourmande: un guide de 400 vraies bonnes adresses et les recettes les plus savoureuses du terroir, avec la collab. de Jane Sigal & Susan Hermann Loomis, trad. de Sylvie Girard, Flammarion, 1988, p. 268)
  5. Taie, enveloppe de matelas ou de traversin.
    • 32 aunes 1/4 de toile demi-hollande pour 8 douilles de traversin, 120 aunes pour 8 douilles de matelas. — ()
  6. (Mécanique) Cylindre alésé à un bout en profil d’hexagone (six pans) ou douze pans pour épouser la forme de la tête de vis ou de l’écrou qui se fixe sur une clé à douilles.

douilles féminin pluriel

  1. (Au pluriel) (Argot) Cheveux.
    • Il a les douilles savonnées, Il a les cheveux blancs.

DérivésModifier

TraductionsModifier

Nom commun 2Modifier

Singulier Pluriel
douille douilles
\duj\

douille \duj\ féminin

  1. (Argot) (Vieilli) Argent.
    • Ça m’a coûté quinze douilles.
    • Avoir de la douille fraîche.
  2. (Argot) Paiement.
    • …et puis au moment de la douille c'était toujours le même bidon, de l'entourloupe et du nuage !… Froutt ! madame disparaissait ! y avait plus personnes subito… ou bien si elles banquaient un peu, elles râlaient, chialaient tellement, rabotaient si fort les petites factures minuscules… — (Louis-Ferdinand Céline [Louis Ferdinand Destouches], Mort à crédit, 1936)
  3. (Argot) Raclée ; défaite ; déboire sérieux.
    • Les interrogatoires vont bon train. […]. Les arguments frappants sont de rigueur. Ils veulent les noms des meneurs, le reste ne les intéresse pas. J’apprends par ceux qui ont été interrogés que ce n’est pas de la tarte.
      — Les plus visés sont ceux de la deuxième cour, m’avertit Pénoche. Avant même de t’interroger, ils commencent par te filer une douille, histoire de te mettre dans l’ambiance.
      — (Jean-Guy Le Dano, La Mouscaille, éd.Flammarion, 1973, p. 82)
    • Comme chaque fois que je nippais en milord, costume en cashmere, les pieds campés dans des Richelieu, j’avais une pensée pour le beau-père de mon ami P., un voyou de la vieille école, que je n’avais vu que trois fois dans ma vie, mais dont la ganache m’avait imposé le respect pour toujours. Il avait fini par prendre une douille ; faites une prière pour le malfrat. — (Jean Gab’1, Sur la tombe de ma mère, éd. Don Quichotte, 2013)

Forme de verbe Modifier

Voir la conjugaison du verbe douiller
Indicatif Présent je douille
il/elle/on douille
Imparfait
Passé simple
Futur simple
Subjonctif Présent que je douille
qu’il/elle/on douille
Imparfait
Impératif Présent (2e personne du singulier)
douille

douille \duj\

  1. Première personne du singulier du présent de l’indicatif de douiller.
  2. Troisième personne du singulier du présent de l’indicatif de douiller.
  3. Première personne du singulier du présent du subjonctif de douiller.
  4. Troisième personne du singulier du présent du subjonctif de douiller.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif de douiller.

Voir aussiModifier

  • douille sur l’encyclopédie Wikipédia  

RéférencesModifier

Ancien françaisModifier

Adjectif Modifier

douille \Prononciation ?\

  1. Variante de doille.

RéférencesModifier