Ouvrir le menu principal
Voir aussi : Edel

Sommaire

AfrikaansModifier

ÉtymologieModifier

Du néerlandais edel.

Adjectif Modifier

edel

  1. Noble, élevé.

PrononciationModifier

AllemandModifier

ÉtymologieModifier

Du vieux haut allemand adal du germanique *atalo- (« enfant ») qui remonte[1] à l’indo-européen commun *átta (« père »), ayant donné le latin atta, tata, le grec ἄττα (« père »), ἀταλός (« enfantin »), l’irlandais aite (« père »), Attila.
Émile Benveniste déduit du lien sémantique entre « enfant » et « noble » que c'est la pratique du fosterage, propre à la noblesse, qui doit être à l'origine de ce mot. Cette pratique est d'ailleurs attestée chez les Celtes et les Scandinaves. Comparer avec Junker passé du sens de « jeune homme » à celui de « hobereau, noble terrien. » Contre Benveniste et toute spécificité nobiliaire, *atalo-, de atta (« père »), peut directement donner le sens de « patricien » ; pour celui de « enfant, petit-du-père » → voir vnuk (« petit-fils ») en tchèque, Enkel (id.) en allemand, sorte de diminutifs de Ahn (« ancêtre »).

Adjectif Modifier

edel

  1. Noble.
    • Da hast du dir aber ein edles Möbelstück gekauft ! : Mais c’est un meuble en bois noble que tu as acheté là !

PrononciationModifier

RéférencesModifier

  • Émile Benveniste, Le vocabulaire des institutions indo-européennes, Les éditions de minuit, Paris, 1969.
  1. Julius PokornyIndogermanisches etymologisches Wörterbuch, 1959 → consulter cet ouvrage

EstonienModifier

ÉtymologieModifier

Étymologie manquante ou incomplète. Si vous la connaissez, vous pouvez l’ajouter en cliquant ici.

Nom commun Modifier

edel \Prononciation ?\

  1. (Géographie) Sud-ouest.

NéerlandaisModifier

ÉtymologieModifier

Voir edel en allemand.

Adjectif Modifier

edel

  1. Noble, élevé.

SynonymesModifier

Taux de reconnaissanceModifier

En 2013, ce mot était reconnu par[1] :
  • 98,7 % des Flamands,
  • 99,4 % des Néerlandais.

PrononciationModifier

AnagrammesModifier

RéférencesModifier

  1. Marc Brysbaert, Emmanuel Keuleers, Paweł Mandera et Michael Stevens, Woordenkennis van Nederlanders en Vlamingen anno 2013: Resultaten van het Groot Nationaal Onderzoek Taal, Université de Gand, 15 décembre 2013, 1266 p. → [lire en ligne]