Étymologie

modifier
(XIVe siècle)[1] Dérivé de bout, avec le préfixe en- et le suffixe -ir.

emboutir \ɑ̃.bu.tiʁ\ transitif 2e groupe (voir la conjugaison)

  1. (Art) Rendre convexe, rendre bombé une plaque, par emboutissage.
    1. (Fontainerie) Bomber un morceau de plomb et le rendre convexe d’un côté et concave de l’autre.
  2. (Art) Travailler au marteau ou au repoussoir une plaque de métal pour l’arrondir, y former le relief d’une empreinte.
    • Emboutir une casserole.
    • Emboutir du zinc, de la tôle, du fer-blanc, du cuivre.
  3. (Art) Travailler l'argent sur une machine nommée étampe.
  4. (Architecture) Revêtir un ornement de bois avec du métal, pour le préserver de la détérioration.
    • Emboutir une corniche.
  5. (Familier) Endommager par une collision, heurter violemment.
    • Il a embouti la bagnole qui était devant lui.
    • Un suspect bien connu des forces de l’ordre a échoué lamentablement à fuir la police, mardi, après avoir tenté de foncer dans un agent de la paix et embouti une maison avec un véhicule volé, à Saguenay. — (Dominique Lelièvre, Saguenay: un fuyard emboutit une maison, Le Journal de Québec, 17 mai 2022)
  6. (Pronominal) Le vent et la sécheresse avaient tout chargé d’électricité. Les hommes sautillaient nerveusement, s’interpellaient, se heurtaient et quelquefois sur la chaussée noire deux autos s’emboutissaient en faisant de grands bruits de ferraille et de klaxon coincé. — (Jean-Marie Gustave Le Clézio, Lullaby, 1978, collection Folio Junior, pages 59-60)

Variantes

modifier

Dérivés

modifier

Traductions

modifier
Traductions à trier
modifier

Prononciation

modifier

Anagrammes

modifier

Modifier la liste d’anagrammes

Références

modifier