FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(XIIIe siècle) Apparait sous la forme emploitte et le sens de « usage, application, résultat, bénéfice », au début du quinzième siècle, il prend le sens de « achat », vers 1610 la forme emplette est issue, avec substitution du suffixe -ette à la finale -oite → voir emploi.

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
emplette emplettes
\ɑ̃.plɛt\

emplette \ɑ̃.plɛt\ féminin

  1. Achat de quelque marchandise, d’un meuble, d’un vêtement, d’un livre, etc.
    • Bientôt, Bert fit l’emplette d’un complet de cycliste, avec la casquette, l’insigne et tous les accessoires. — (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, page 12 de l’éd. de 1921)
    • Qui diantre as-tu pu bien être ? Un roulier sans doute, qui, après avoir fait emplette de trois chevaux et d'une mauvaise patache, dit pour toujours, adieu à son trou et s'en alla voiturer les marchands de foire en foire ? — (Nicolas Gogol, Les âmes mortes, 1842 ; traduction de Henri Mongault, 1949)
    • Un agrégé, pensa-t-il. Un barbeur qui a dû faire suer des générations d'élèves. Et qui va faire à Londres ses emplettes de shakespearophilie. — (Laurent Carpentier, Les bannis, Éditions Stock, 2015)
  2. La chose achetée.
    • Comme il avait payé son emplette avec une pièce de monnaie à l'effigie du duc Raymond de Toulouse, le doyen de Beaucaire le fit incarcérer, sous prétexte qu'il avait contrevenu à un édit royal interdisant l'emploi d'une monnaie autre que celle de Nimes. — (Léon Berman, Histoire des Juifs de France des origines à nos jours, 1937)

Variantes orthographiquesModifier

DérivésModifier

TraductionsModifier

Traductions à trierModifier

PrononciationModifier

RéférencesModifier