Voir aussi : emprunte

Étymologie

modifier
(Adjectif) Participe passé de emprunter.

Forme de verbe

modifier
Voir la conjugaison du verbe emprunter
Participe Présent
Passé (masculin singulier)
emprunté

emprunté \ɑ̃.pʁœ̃.te\

  1. Participe passé de emprunter.

Adjectif

modifier
Singulier Pluriel
Masculin emprunté
\ɑ̃.pʁœ̃.te\

empruntés
\ɑ̃.pʁœ̃.te\
Féminin empruntée
\ɑ̃.pʁœ̃.te\
empruntées
\ɑ̃.pʁœ̃.te\

emprunté \ɑ̃.pʁœ̃.te\

  1. Qui a été pris ailleurs, chez quelqu’un d’autre.
    • Ce livre a paru sous un nom emprunté, il a paru sous un autre nom que celui de son auteur.
    • Conter une histoire sous des noms empruntés, La conter sous des noms déguisés, sous de faux noms.
  2. Qui manque de naturel, d'aisance, en parlant des manières de quelqu’un ; embarrassé, contraint, affecté
    • Heureusement il n’eut presque pas ce jour-là cet air emprunté qui avait fait du rendez-vous de la veille une victoire, mais non pas un plaisir. — (Stendhal, Le Rouge et le Noir, Chapitre XVI, 1830)
    • À l’instant Lucien devint emprunté dans tous ses mouvements ; il essaya vainement de parler ; le peu qu’il dit était à peu près inintelligible. — (Stendhal, Lucien Leuwen, 1834)
    • Bien sûr, il fut emprunté comme jamais lorsqu’il plaça le disque sur la platine et demanda à Irène si elle souhaitait faire un Scrabble. — (Olivier Adam, Je vais bien, ne t’en fais pas, 1999)
    • Le journaliste avait horreur du monde et plus encore des réceptions froides, guindées, empruntées, il se sentait pris. — (Pierre Souvestre et Marcel Allain, Fantômas, L’Agent secret, 1911, Éditions Robert Laffont, collection Bouquins, tome 1, page 958)
    • – Une belle bru que vous aurez, et douce, et travailleuse.
      – Oui, oui, elle est douce, je sais bien. Et elle n’est pas empruntée de ses mains, oui.
      — (Marcel Arland, Terre natale, 1938, réédition Le Livre de poche, page 52)

Traductions

modifier

Prononciation

modifier

Anagrammes

modifier

Modifier la liste d’anagrammes