colère

(Redirigé depuis en colère)
Voir aussi : colere, coléré

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(XVe siècle) Du latin cholera → voir choléra, colérique et cholérique.

Nom commun Modifier

Singulier Pluriel
colère colères
\kɔ.lɛʁ\
 
Sculpture d'une personne en colère.

colère \kɔ.lɛʁ\ féminin

  1. Réaction vive et parfois violente contre ce qui blesse un sentiment.
    • Quand ils arrivèrent, sa colère, à laquelle il fallait un prétexte pour s’exhaler, tomba sur eux avec l’éclat de la foudre. — (Honoré de Balzac, La Femme de trente ans, Paris, 1832)
    • Quand il voyait, sur le sable des allées un piquet de chat, il entrait aussitôt dans une colère affreuse. — (Octave Mirbeau, Contes cruels : Mon oncle)
    • Or, depuis quelque temps, le curé de Melotte devenait inquiet, il s’attristait, s’aigrissait, se montait et se mettait dans de saintes colères. — (Louis Pergaud, Le Sermon difficile, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
    • Sortons ! fis-je irrité par toutes ces simagrées et littéralement pris d’une colère que je ne m’expliquais pas. — (Francis Carco, Images cachées, Éditions Albin Michel, Paris, 1928)
    • En lui-même, il souhaitait que Feempje déguerpît, car les colères brusques du Hollandais le faisait trembler pour ses vitres. — (Francis Carco, Brumes, Éditions Albin Michel, Paris, 1935, page 39)
    • Mon fils est en prison
      Et moi je sens en moi
      Dans le tréfonds de moi
      Malgré moi, malgré moi
      Pour la première fois
      Malgré moi, malgré moi
      Entre la chair et l’os
      S’installer la colère.
      — (Félix Leclerc, L’Alouette en colère, 1972)
    • La colère est l’ennemie de l’intelligence. — (Marie-Ève Sévigny, Intimité et autres objets fragiles, Triptyque, 2012, page 32)
    • Il dit cela, il fit cela en colère, tout en colère.
    • Nabet vit rouge et sentit monter en lui une colère irrationnelle. Pourtant il se contint, l'angoisse était plus forte que son ressentiment. — (Bernadette Boissié-Dubus, Sous les pavés, la plage... est rouge, éd. Clair de Plume 34, 2015, page 40)
    • Il faut que sa colère se passe.
    • Il faut qu’il décharge sa colère, qu’il passe sa colère sur quelqu’un.
    • (Sens figuré) La colère de Dieu, la colère du ciel, la colère céleste.
    • (Sens figuré) La colère des flots.
    • (Sens figuré)Les rafales d’une violence inouïe, accès de colère de Wottan ou de Thor, tombent des hauteurs en sifflant et soulèvent des tourbillons d’embruns qui sillonnent la mer. — (Jean-Baptiste Charcot, Dans la mer du Groenland, 1928)

SynonymesModifier

AntonymesModifier

Vocabulaire apparenté par le sensModifier

  •   colère figure dans le recueil de vocabulaire en français ayant pour thème : colère.

DérivésModifier

TraductionsModifier

HyperonymesModifier

Adjectif Modifier

Singulier Pluriel
Masculin
et féminin
colère colères
\kɔ.lɛʁ\

colère \kɔ.lɛʁ\ masculin et féminin identiques

  1. (Vieilli) Qui est sujet à se mettre en colère.
    • Ne dites rien, monsieur, s’écria le colonel d’un air colère, comme Lucien semblait vouloir parler à son tour. — (Stendhal, Lucien Leuwen, 1834)
    • Tous ces papiers de deuil et de détresse repoussés et jetés sur le parquet, enlevés comme par un vent colère. — (Alfred de Vigny, Servitude et grandeur militaires, 1835)
    • Je souris de pitié en entendant ce propos : Méchant ! comme si un âne doucement traité était jamais méchant. Nous ne devenons colères, désobéissants et entêtés que pour nous venger des coups et des injures que nous recevons. — (Comtesse de Ségur, Mémoires d’un âne, 1860)
    • En apercevant un marin trapu, carré, colère, les gens du groupe ne lancèrent pas les pierres qu’ils avaient ramassées pour assommer le prétendu parricide. — (Honoré de Balzac, Contes et nouvelles : La Mort de ma tante, 1830, in Œuvres complètes, tome XX, Calmann Lévy, Paris, 1879, p. 239)
    • Le 22, au point du jour, la cité entière, entassée sur les quais du port et sur les côtes voisines, guettait d’un œil avide et colère le steamer qui amenait à Copenhague la députation du meeting de Rendsbourg. — (Louis-Antoine Garnier-Pagès, Histoire de la Révolution de 1848, tome 2 : Europe, Pagnierre, Paris, 1861, page 40)
    • Alors, chaque fois qu’il revenait ainsi, il me montrait le poing, et, moitié riant, moitié colère, il disait :
      — Oh ! ces Anglais, ça n’a pas de cœur.
      — (Hector Malot, Sans famille, 1878)
    • Il n’y a que les hommes forts, grands et colères, de ces foudres de guerre, de ces diplomates à tête olympienne, de ces hommes de génie, pour avoir ces partis pris de confiance, cette générosité pour la faiblesse, cette constante protection, cet amour sans jalousie, cette bonhomie avec la femme. — (Honoré de Balzac, Les Paysans, 1845, première partie, chapitre premier)
    • Il est puéril et colère, passionné, méthodique et sensible. — (Albert Camus, Le mythe de Sisyphe, Gallimard, 1942, page 145)

Forme de verbe Modifier

Voir la conjugaison du verbe colérer
Indicatif Présent je me colère
il/elle/on se colère
Imparfait
Passé simple
Futur simple
Subjonctif Présent que je me colère
qu’il/elle/on se colère
Imparfait
Impératif Présent (2e personne du singulier)
colère-toi

colère \kɔ.lɛʁ\

  1. Première personne du singulier de l’indicatif présent du verbe colérer.
  2. Troisième personne du singulier de l’indicatif présent du verbe colérer.
  3. Première personne du singulier du subjonctif présent du verbe colérer.
  4. Troisième personne du singulier du subjonctif présent du verbe colérer.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif présent du verbe colérer.

PrononciationModifier

HomophonesModifier

AnagrammesModifier

Modifier la liste d’anagrammes

Voir aussiModifier

  • colère dans le recueil de citations Wikiquote  

PicardModifier

 

ÉtymologieModifier

Du latin cholera.

Nom commun Modifier

colère \Prononciation ?\ féminin

  1. Colère.

DérivésModifier

SynonymesModifier

RéférencesModifier

  • Jean-Baptiste Jouancoux, Études pour servir à un glossaire étymologique du patois picard, volume I, 1880.