Ouvrir le menu principal

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(Siècle à préciser) Du latin indormire.

Verbe Modifier

endormir \ɑ̃.dɔʁ.miʁ\ intransitif et transitif ou pronominal 3e groupe (voir la conjugaison) (pronominal : s’endormir)

  1. Faire dormir.
    • Endormez cet enfant.
    • Il est difficile à endormir.
  2. Commencer à dormir, s’assoupir.
    • La lumière, dans cet air humide et épais, colorait les objets de teintes un peu pâles et en émoussait les angles, comme il arrive quand on s'endort et que rien ne se voit plus distinctement. — (Jules Michelet, Journal, 1820)
  3. (Figuré) Ennuyer, fatiguer jusqu’à provoquer le sommeil.
    • Cette pièce est si ennuyeuse qu’elle endort.
    • Ce livre endort.
    • La conversation de cet homme m’endormait.
  4. Amuser quelqu’un, afin de le tromper et de l’empêcher d’agir.
    • Les terribles prêcheurs de Seize, les moines qui portaient le mousquet aux processions de la Ligue, s'humanisent tout à coup ; les voilà devenus bénins. C'est qu'il faut bien essayer d’endormir ceux qu'on n'a pas pu tuer. — (Jules Michelet, Le prêtre, la femme, la famille, Paris : Chamerot, 1862 (8e éd.), p.17)
  5. (Par analogie) Engourdir.
    • Cette attitude forcée m’a endormi la jambe.
    • Endormir la douleur.
  6. (Populaire) Dérober, voler, chourer.
    • Je me suis fait endormir mon briquet !

AntonymesModifier

DérivésModifier

TraductionsModifier

PrononciationModifier

RéférencesModifier

Ancien occitanModifier

ÉtymologieModifier

Du latin indormire.

Verbe Modifier

endormir

  1. Endormir.

VariantesModifier

Apparentés étymologiquesModifier

RéférencesModifier

  • François RaynouardLexique roman ou Dictionnaire de la langue des troubadours, comparée avec les autres langues de l’Europe latine, 1838–1844