Étymologie

modifier
(Siècle à préciser) Parasynthèse de dos avec les affixes en- et -er.

endosser \ɑ̃.do.se\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

 
Le roi endosse son vêtement d’apparat.
  1. Mettre sur son dos.
    • J’accomplirai ma promesse, répondit Rébecca, et, le huitième jour, tu endosseras ton armure, […]. — (Walter Scott, Ivanhoé, traduit de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)
    • Il se mit donc en devoir de se dévêtir, […], et il commença naturellement par ôter son pardessus qu'il n'avait pas pris le temps d'enlever en arrivant, puis son habit noir qu'il avait endossé à sept heures du soir pour aller diner à son cercle. — (Fortuné du Boisgobey, Double-Blanc, Paris : chez Plon & Nourrit, 1889, p. 42)
    • Je m’apprête, pour descendre à table. J’endosse un gilet de fantaisie, un vêtement sombre. Je pique une perle à ma cravate. — (Henri Barbusse, L’Enfer, Éditions Albin Michel, Paris, 1908)
    • […] et, quand il y pousserait de la graine d'épinard, un marin qui se respecte ne se résignera jamais à endosser la capote d'un fantassin… — (Charles Le Goffic, Bourguignottes et pompons rouges, 1916, page 52)
    • Il avait endossé pour la circonstance un complet vert — peut-être un peu voyant — et orné sa cravate d'une perle qu'il reluquait sans fausse honte […] — (Francis Carco, Images cachées, Éditions Albin Michel, Paris, 1928)
  2. Prendre à sa charge une chose, en supporter la responsabilité.
    • Le marquis, en voyant le zèle de Pierre, s’était finement abrité derrière lui. À quoi bon se mettre en vue, quand un homme à fortes épaules veut bien endosser toutes les sottises d’un parti. — (Émile Zola, La Fortune des Rougon, G. Charpentier, Paris, 1871, chapitre III ; réédition 1879, page 92)
    • Peut-être qu’avant le mariage il pinçait déjà en cachette la Julie. Alors tout ce manège, toute cette comédie, ne visait qu’à lui faire endosser, à lui le patron bonne poire, la paternité du moutard. — (Louis Pergaud, La Vengeance du père Jourgeot, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
    • Je vous demande pardon. Mais, voyez-vous, pour un homme sans mémoire, un passé tout entier, c’est trop lourd à endosser en une seule fois. — (Jean Anouilh, Le Voyageur sans bagage, 1937)
    • Outre un repli sur un masculisme agressif, on assiste à une métamorphose de la masculinité pour le moins inattendue. Tout se passe comme si les femmes endossaient les oripeaux de la masculinité que les hommes n'osent plus revêtir. — (Jean-François Pigoullié, La décennie 2010 au miroir des fictions télévisées, Éditions L'Harmattan, 2021, p. 17)
  3. (Finance) Mettre une information (signature, montant, nom du bénéficiaire, etc.) au dos d'un chèque, d'une lettre de change, etc.
    • Endosser une lettre de change, un chèque,
    • – Abruti ! c’est malin ce que tu as inventé là ! de faire endosser ton chèque par un maladroit qui n’a même pas de passeport et que je vais devoir tenir à l’œil. — (André Gide, Les Caves du Vatican, 1914)
  4. (Reliure) Donner au dos du livre sa forme ronde en rabattant les côtés ; ce travail entraîne pour la gouttière la forme creuse ou concave.

Dérivés

modifier

Traductions

modifier
Traductions à trier
modifier

Prononciation

modifier

Anagrammes

modifier

Modifier la liste d’anagrammes

Références

modifier

Étymologie

modifier
(XIIe siècle) Dérivé de dos, avec le préfixe en- et le suffixe -er.

endosser \Prononciation ?\

  1. Endosser, mettre sur le dos, donc, porter.

Variantes

modifier

Dérivés dans d’autres langues

modifier

Références

modifier