FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(XIIIe siècle) Dérivé de filer, avec le préfixe en-.

Verbe Modifier

enfiler \ɑ̃.fi.le\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison) (pronominal : s’enfiler)

  1. Traverser d’un fil par une ouverture pratiquée à cet effet.
    • Enfiler une aiguille, un chapelet, un bracelet.
    • Il avait besoin de vivre dans le sillage d’une femme, fallût-il pour cela enfiler les aiguilles et planter des clous dans les murs ! — (Georges Simenon, Le Blanc à lunettes, chapitre VIII, Gallimard, 1937)
    • M. Carrière souriait un peu de son assurance et comparait l’essai de son savant confrère aux efforts d’une vieille qui cherche à enfiler son aiguille en la tenant bien fixe ente la lampe et ses lunettes. Un moment, le fil passe si près du trou qu’elle s’écrie : « M’y voilà ! » Hélas ! non ; il s’en faut de la largeur d’un atome ; c’est à recommencer. — (Ernest Renan, Souvenirs d’enfance et de jeunesse, 1883, collection Folio, pages 134-135)
    • (Sens figuré) (Familier) Cela ne s’enfile pas comme des perles : Se dit de certaines choses qui sont plus difficiles à faire qu’il ne paraît.
  2. On dit aussi, au jeu de bague : Enfiler un anneau.
  3. (Musique) Munir de ses cordes un violon ou un autre instrument à cordes.
    • Son violoncelle de 1695, construit par Matteo Goffriller, ainsi que son violoncelle de 1865 fait par Giovanni Francesco Pressenda et destiné pour le répertoire moderne, sont donc enfilés avec du boyau. — (Maciej Chiżyński, Adieu Anner Bylsma, resmusica.com, 26 juillet 2019)
    • Les tenues de violon comprennent généralement un jeu de cordes qui sont enfilées sur l’instrument ou incluses dans l’étui à enfiler par l’acheteur. — (Que sont les tenues de violon ?, site spiegato.com, consulté le 17 avril 2022)
  4. (Familier) Raconter, en continu, des choses sans suite.
    • Là-dessus elle avait enfilé une histoire, en prenant pour point de départ les récits de Rosalie [...]. — (Hector Malot, En famille, 1893)
    • Au milieu de la catastrophe, Trump pérore tous les jours à la télévision, enfilant mensonges, approximations et bravades autosatisfaites, l’œil rivé sur son propre audimat et sur l’audience qu’il recueille sur les réseaux sociaux. — (La lettre politique de Laurent Joffrin, « États-Unis : la faillite populiste », dans Libération du 8 avril 2020)
  5. (Familier) S’engager dans.
    • Enfiler un chemin, une route, une allée.
    • Lucie Thirache enfila une petite rue, s’enfonça sous une grande porte. — (Paul Adam, Chair molle, 1885)
    • Martine courut chercher le landau, et trois heures n’étaient pas sonnées, lorsque les deux chevaux enfilèrent la route de Nice, dévalant la pente qui descendait jusqu’au pont de la Viorne. — (Émile Zola, Le Docteur Pascal, G. Charpentier, 1893, chapitre III)
    • La bise enfile l’étendue, houle dans les sapinières à longue et morne plainte. — (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958)
  6. (Guerre) (Marine) Prendre en enfilade.
    • Enfiler une tranchée, un bâtiment.
    • Être enfilé par l’avant, par l’arrière, de l’avant à l’arrière, etc.
  7. (Par extension) Percer de la pointe d’une arme.
    • Mon oncle avait une longue canne, terminée par une brochette de fer, au moyen de laquelle il enfilait les limaces et les escargots, mangeurs de salades. — (Octave Mirbeau, Contes cruels : Mon oncle)
  8. (Vieilli) (Familier) En parlant du Jeu, engager quelqu’un dans une partie désavantageuse, l’entraîner dans une grosse perte.
    • Il s’est laissé enfiler et a fait une perte considérable.
  9. (Vulgaire) Pénétrer lors de rapports sexuels.
    • Mme d'Hocquincourt se jette à sa tête, il l’enfile. — (Stendhal , Lucien Leuwen, 1835, Romans, tome I, Gallimard, « Bibliothèque de La Pléiade », 1977, page 1273, note 2)
    • À genoux dans la boue, le pantalon sur les chevilles, le vieux enfile le gamin qui arbore une expression satisfaite. — (Cizia Zykë, Oro, 1985, page 47)
    • L’on y pouvait suivre le parcours sulfureux d’un archange diabolique qui, après avoir perverti la mère, le père, le fils, la bonne, pénétrait dans la porcherie et enfilait le verrat, ce dont le ministre de l’Agriculture avait gémi. — (Richard Jorif, Le Burelain, éditions François Bourin, 1989, page 160)
    • Y fait ni une ni deux, y quitte son bénard, s’couche à côté de la bonne femme, lui p’lote les miches, sort sa clarinette, et entreprend d’l’enfiler en levrette à la surprenante. — (Claude Croubois, Retour à Tours, rue Basse, Geste Éditions, 2009)
  10. Mettre, passer un membre allongé (ex: des bras, jambes, (doigts de) mains) dans un vêtement (ex: des bas, un pantalon, des gants).
    • Lui-même chaussa en un tournemain ses vieux croquenots mal cirés, avachis et trop grands, puis enfila son pantalon qui lui pendait disgracieusement par derrière. — (Francis Carco, L’Homme de minuit, Éditions Albin Michel, Paris, 1938)
  11. Mettre, passer un vêtement rapidement (ex: un manteau, un pardessus, un pull).
    • Préviens ta femme de ton arrivée. Ça me laissera le temps de passer tranquillement mon froc et de ne pas enfiler, dans la précipitation, mon slip à l'envers. — (Florentino Dos Santos, Les Cocus : Ces innocentes victimes des feux de l'amour… charnel, Éditions Le Manuscrit, 2003, page 58)
    • La nuit tombe, mets vite un pull - allez, enfile-moi ça !
    • Je suis vite montée enfiler quelque chose de plus confortable.
    • Soudain pressé, il enfila son pardessus et sortit.

Apparentés étymologiquesModifier

TraductionsModifier

PrononciationModifier

AnagrammesModifier

RéférencesModifier