enfourmer

Moyen françaisModifier

ÉtymologieModifier

(Date à préciser) De l’ancien français enfourmer.

Verbe Modifier

enfourmer \Prononciation ?\ 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Informer.
    • Quant les trèves furent faillies, et il fut enfourmé que le joeune roy David estoit saisy de la cité de Berwich […] — (Jehan Le Bel, Les Vrayes chroniques de messire, vers 1360, Heussner, 1863, chapitre XXI)

VariantesModifier

RéférencesModifier

Ancien françaisModifier

ÉtymologieModifier

(Date à préciser) Du latin informare (« informer »).

Verbe Modifier

enfourmer \Prononciation ?\

  1. Informer.
    • Vous Mandons que les Meſtres par les quieux vous entendez que vous doiez faire ouvrer en vos monnoies, envoiez à Paris aux octaves de ſeſtes de Touſſaints prochain venant, pardevant nos amez & feals les gens de nos Comptes, & les mestres de nos monnoies pour nous, & eux enfourmer & aviſer ſeur toutes les choses deſſuſdites, & ſeur la maneuvre que leſdits Meſtres doivent garder & tenir en faisant ouvrer en nos monnoies. — (Propos rapporté à Pontoise en 1313, édité dans Ordonnances des Roys de France de la Troisième Race, de M. de Lauriere, 1723)

RéférencesModifier