enjoindre

FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

(Siècle à préciser) Du latin injungere → voir injonction.

Verbe Modifier

enjoindre \ɑ̃.ʒwɛ̃dʁ\ transitif 3e groupe (voir la conjugaison)

  1. Ordonner expressément.
    • Permettez-moi d’user de mon autorité de médecin, répondit Rébecca, pour vous enjoindre de garder le silence et d’éviter les réflexions émouvantes. — (Walter Scott, Ivanhoé, traduit de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)
    • (Absolument) Il ne demande pas, il enjoint !
    • L’Église enjoint aux fidèles l’observation du repos dominical. — (Arsène Darmesteter et Adolphe Hatzfeld, Dictionnaire général de la langue française, 1926)
    • - Dis-lui d’aller se faire estimer ailleurs ! enjoins-je au préposé. — (Frédéric Dard (San-Antonio), Tout le plaisir est pour moi, Fleuve Noir, 1959, page 15)
    • […] j’avais à peine le temps de m’asseoir au salon, balançant mes petites jambes, avant qu’on m’enjoignît de me lever pour aller dire au revoir à la tante. — (Marguerite Yourcenar, Souvenirs pieux, 1974, collection Folio, page 148)

NotesModifier

Une certaine liberté semble s’être instaurée depuis quelques décennies dans la phraséologie liée au verbe enjoindre. Ainsi trouvera-t-on assez fréquemment les formes ou variantes suivantes :
  • Le Gouvernement enjoint à son Ministre de reconsidérer son dossier.
  • Le Gouvernement enjoint son Ministre de reconsidérer son dossier.
  • Le Gouvernement enjoint son Ministre à reconsidérer son dossier.

De ces trois tournures, la première est la seule qui soit approuvée par les autorités normatives → voir joindre à.

SynonymesModifier

TraductionsModifier

PrononciationModifier

RéférencesModifier

Ancien françaisModifier

ÉtymologieModifier

(Fin du XIIe siècle) Du latin injungere.

Verbe Modifier

enjoindre \Prononciation ?\ 3e groupe (voir la conjugaison)

  1. Enjoindre.
  2. Joindre.

VariantesModifier

Dérivés dans d’autres languesModifier

RéférencesModifier