FrançaisModifier

ÉtymologieModifier

Vient du dialecte normand lise (« sable mouvant ») et du préfixe en-.

Verbe Modifier

enliser \ɑ̃.li.ze\ transitif ou pronominal 1er groupe (voir la conjugaison) (pronominal : s’enliser)

  1. Enfoncer quelqu’un ou quelque chose dans un sol meuble.
    • Quoi ! S’écria Paganel, il y a là tout un troupeau enlisé dans cette boue ? — (Jules Verne, Les Enfants du capitaine Grant, 1846)
    • […], et un bateau à vapeur du service municipal de la Tamise heurta si violemment le ponton de Westminster qu’il n’échappa au naufrage qu’en allant s’enliser sur la rive opposée, dans la vase découverte par la marée basse. — (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, page 31 de l’éd. de 1921)
    • — Reviens, reviens, criaient les camarades ; reviens vite ! Lebrac, aux trois quarts enlisé, céda à leurs appels et voulut tourner bride. Impossible, ses extrémités inférieures jusqu’à mi-jambes étaient prises et il enfonçait toujours, toujours, lentement : […] — (Louis Pergaud, Un sauvetage, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
    • Sur la Fagne, des trous d'eau rouge aspirent l'imprudent qui sans les voir y met le pied. Il s’y enlise tout entier. — (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958)
  2. (Figuré) Ralentir, arrêter temporairement un projet, une action de longue durée.
    • La Russie […] s’enlisait dans un désordre tragique de vendetta politique à retours chroniques. — (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, page 124 de l’éd. de 1921)
    • Les refus français et néerlandais sur la constitution ont enlisé l’Union Européenne.
  3. (Nantes) Ennuyer.
    • Tu m’enlises !
    • Ça m’enlise de voir ce film.

SynonymesModifier

TraductionsModifier

DérivésModifier

Apparentés étymologiquesModifier

PrononciationModifier

AnagrammesModifier

RéférencesModifier